GAPPESM
Groupement Associatif Pour les Personnes Encombrées de Surefficience Mentale

Le cerveau d'une personne intelligente est-il différent ?

Oui. Mais on ne sait pas très bien en quoi, ni pourquoi... Il est différent, puisque la personne fonctionne différemment : point.

Il y a un terrible problème avec le cerveau. L'intelligence n'est pas nécessairement garantie à la livraison de l'organe.
Georges Raby

 

Retour à la FAQ intelligence

 

Substance blanche et substance grise

Des études ont montré l'implication de différents zones dispersées dans tout le cortex dans différentes formes de cognition : l'attention, la mémoire, et peut-être l'habileté langagière, qui contribueraient à l'intelligence d'un individu. Ces études qui confirment le rôle du cortex (substance grise) ont aussi révélé que des personnes qui ont des scores élevés aux tests semblent avoir des faisceaux de substance blanche plus organisés que les autres.
Selon Richard Haier, la substance blanche assurerait la vitesse, et la substance grise la vitesse de traitement. On peut alors en conclure que des résultats hors normes aux tests de Qi nécessitent à la fois une vitesse et une puissance de traitement plus grandes que la moyenne. Diverses combinaisons de ces vitesses pourraient aboutir à des résultats comparables, d'où des « intelligences » différentes quoique « égales » !
Mais si P. Shaw pense prédire bientôt le Qi d'une personne d'après ses substances grise ou blanche, rappelons que le Qi n'est pas l'intelligence !!


intelligence

Des retards de développement dans certaines zones

Le cerveau des enfants qualifiés d'intelligents ( dit « surdoués ou précoces » ) présenterait des retards de développement dans certaines zones, selon une étude américaine de Judith Rapoport et Philip Shaw, et d'autres scientifiques de l'Institut national de santé mentale de Bethesda (Maryland), publiée dans la revue scientifique "Nature" en 2006.
En règle générale, le cortex cérébral, la couche la plus extérieure du cerveau, s'épaissit avant de s'affiner au cours de l'enfance et de l'adolescence. L'étude montre que, chez ces enfants, le cortex atteint sa plus grande épaisseur un peu plus tard que chez les autres enfants. Selon une des études, les QI les plus élevés étaient retrouvés chez des enfants qui n'atteignent pas l'épaisseur maximale avant l'âge de 11 ans, alors que la majorité (donc Qi moyen) l'atteignent autour de six ans.
Selon Judith Rapoport, ce délai pourrait renforcer l'intelligence au cours de la maturation du cortex, puisque cet enfant, plus grand, est alors capable de performances plus complexes.

L'équipe a étudié le développement du cortex de 307 enfants en utilisant l'IRM (imagerie par résonance magnétique) de l'enfance jusqu'à l'adolescence. Les résultats sont particulièrement significatifs pour ce qui concerne le cortex frontal et une bande cérébrale située en haut de la tête, deux régions qui abritent des centres impliqués dans des opérations complexes. Personne ne connaît l'origine de ce phénomène, mais les chercheurs n'excluent pas le rôle éventuel de l'environnement, notamment celui joué par la stimulation de l'intelligence, dans la détermination du niveau intellectuel d'un enfant. Dans tous les cas, le cortex s'affinait ensuite lors du murissement.

Cependant, personne n'est capable d'expliquer pourquoi le cerveau s'épaissit ou s'affine, ajoute Philip Shaw. Il est donc impossible de dire pourquoi ces phénomènes seraient à rattacher à l'intelligence. Le développement cérébral dépend de la stimulation intellectuelle, laquelle doit probablement jouer un rôle.

intelligence

 

Notes

  1. Intellectual ability and cortical development in children and adolescents Philip Shaw, Nature n°440 , p. 676-679, 30 Mars 2006
  2. Aptitudes intellectuelles et développement du cortex cérébral chez les enfants et les adolescents (traduction)
  3. Cognitive science : Brain development and IQ Richard Passingham, Nature n°440 , p. 619-620, 30 Mars 2006
  4. À la recherche de l'intelligence, Cerveau&Psycho n °34 - jui.- août 2000

intelligence

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

in http://www.nature.com/nature/journal/v440/n7084/full/nature04513.html (traduction)

Lettre

Nature 440, 676-679 (30 Mars 2006) | doi: 10.1038/nature04513; Reçu le 25 Octobre 2005; Accepté 29 Novembre 2005

Aptitudes intellectuelles et développement du cortex cérébral chez les enfants et les adolescents

Résumé

Les enfants qui sont habiles dans l'un des trois R universitaires (reading, writing and arithmetic : lecture, écriture et arithmétique, soit les pré-requis pour l'Université, ndlr) ont tendance à être bons dans les autres, et à devenir des adultes qui sont tout aussi habiles à diverses activités intellectuellement exigeantes. Déterminer les corrélats neuroanatomiques de ce trait particulier relativement stable de l'intelligence générale s'est avérée difficile, en particulier dans le cerveau en développement rapide des enfants et des adolescents. Ici, nous démontrons que c'est la trajectoire du changement dans l'épaisseur du cortex cérébral, plutôt que de l'épaisseur corticale elle-même, qui est le plus étroitement liée au niveau d'intelligence. Grâce à une analyse longitudinale, nous constatons un revirement de développement marqué par une corrélation négative entre la prédominance de renseignement et de l'épaisseur corticale dans la petite enfance à une corrélation positive en fin de l'enfance et au-delà. En outre, le niveau d'intelligence est associé à la trajectoire du développement cortical, principalement dans les régions frontales impliquées dans la maturation de l'activité cérébrale (1) (2)Les enfants les plus intelligents montrent un cortex particulièrement plastique, avec une phase initiale accélérée et prolongée d'accroissement cortical, qui cède la place au début de l'adolescence à une phase toute aussi vigoureuse d'amincissement cortical. Cette étude indique que l'expression neuroanatomique de l'intelligence chez l'enfant est dynamique.

(1) Child Psychiatry Branch, National Institute of Mental Health, Bethesda, Maryland 20182, USA

(2) Institut neurologique de Montréal, Université McGill, Montréal, Québec H3A 2B4, Canada

Correspondances et demandes de documents doivent être adressées à PS (Email: shawp@mail.nih.gov).

intelligence

Retour à la FAQ intelligence