GAPPESM
Groupement Associatif Pour les Personnes Encombrées de Surefficience Mentale

Les Personnes : Binet, Gauss, Galois, Galton

Retour au sommaire de la FAQ Qi

Alfred Binet Alfred Binet (1857-1911)

Psychologue, physiologiste et pédagogue français.

Né à Nice en 1857, d’un père médecin et d’une mère artiste peintre, Alfred Binet entame des études juridiques à la faculté de droit de Paris. Très vite cependant, il manifeste un intérêt passionné pour la psychologie, et se réoriente vers la psychophysiologie et la clinique psychiatrique.

En 1892, le psychiatre Théodore Simon, vient le solliciter pour l’éducation d'enfants anormaux dont il a la charge. Ensemble, ils s’orientent vers l’élaboration d’un test d’intelligence (Le Binet-Simon).

En 1904, se met en place sur son initiative, une commission ministérielle, sur le diagnostic des états d’arriération mentale et l’éducation des enfants anormaux.

En 1905, il présente la toute première version d’une échelle métrique de l’intelligence.

La grande diversité des épreuves (trente items de difficulté croissante), ainsi qu’un échelonnement des réponses en fonctions de l’âge des enfants (énumération, description, interprétation) qui y sont soumis, permettent dans un premier temps à Binet, de délimiter une frontière entre arriération et normalité pour des enfants en bas âge. Ce qui lui permettra dans un second temps de faire évoluer son test en un test d’intelligence. Les années suivantes seront principalement consacrées à l’élaboration de son test, qu’il met au point, au niveau adulte, sur des conscrits que le Ministère de la Guerre lui avait demandé d’examiner.

(remarque : Le test de Binet classa Henri Poincaré, brillant mathématicien contemporain, parmi les imbéciles !)

Alfred Binet écrira aussi neuf pièces avec André de Lorde qui seront jouées au Grand Guignol et au théâtre Sarah Bernhardt.

Alfred Binet est aussi connu pour avoir remis au goût du jour la notion de fétichisme, découverte par le magistrat français Charles de Brosses (1709-1777), dans ses études des phénomènes religieux chez les peuples dits primitifs.

Alfred Binet meurt à 54 ans, le 28 octobre 1911, des suites d’une congestion cérébrale.

intelligence

 


Carl Friedrich Gauss (1777-1855)

Mathématicien, astronome et physicien allemand, ayant apporté de très importantes contributions ; considéré comme le plus grand mathématicien de tous les temps, on lui doit la célèbre "Courbe de Gauss".

Gauss fut un enfant prodige, il apprit seul à lire et à compter à l'âge de trois ans et à l'école, il impressionna très tôt ses professeurs, et il y a d'ailleurs une célèbre anecdote ; un professeur essayait d'occuper ses élèves en leur faisant faire des additions, il leur proposa de calculer la somme de tous les nombres de 1 à 100. Peu de temps après, le jeune Gauss fournit la réponse correcte, ayant astucieusement additionné les nombres extrêmes par paires, remarquant que les sommes intermédiaires donnaient toujours le même résultat: 1+100=101, 2+99=101, 3+98=101, etc., et ce un nombre total de 50 fois soit 50 × 101 = 5050.

En 1795, il formula la méthode des moindres carrés et une conjecture sur la répartition des nombres premiers, prouvée par Jacques Hadamard en 1896.

En 1796, il caractérisa complètement tous les polygones réguliers constructibles à la règle et au compas uniquement.

Il fut le premier à démontrer rigoureusement le théorème fondamental de l'algèbre ; en fait, il produisit quatre preuves entièrement différentes de ce théorème tout au long de sa vie, et clarifia considérablement le concept de nombre complexe. Il apporta aussi d'importantes contributions en théorie des nombres avec son livre publié en 1801 Disquisitiones arithmeticae.

En 1809, il publia un travail d'une importance capitale sur le mouvement des corps célestes qui contenait un développement influant de la méthode des moindres carrés, procédure utilisée aujourd'hui dans toutes les sciences, pour minimiser l'impact d'une erreur de mesure. Il était en mesure de prouver l'exactitude de la méthode dans l'hypothèse d'erreurs normalement distribuées.

Plus tard, Gauss essaya de déterminer si le monde physique était en fait euclidien en mesurant des triangles géants.

En 1818, son Theorema egregrium permit d'établir une propriété importante de la notion de courbure.

En 1831, sa collaboration avec le professeur de physique Wilhelm Weber aboutit à des résultats sur le magnétisme, et fut à l'origine de la découverte des lois de Kirchhoff en électricité. Il fut également l'auteur de deux des quatre équations de Maxwell.

La loi de Gauss pour les champs électriques exprime qu'une charge électrique crée un champ électrique divergeant.
Sa loi pour les champs magnétique énonce qu'un champ magnétique divergeant vaut 0, c'est-à-dire qu'il n'existe pas de dipôle magnétique. Les lignes de champ sont donc obligatoirement fermées.

Il décéda à Göttingen, Hanovre (aujourd'hui en Allemagne) en 1855 et fut enterré au cimetière de Albanifriedhof. De 1989 jusqu'à la fin de 2001, son portrait et une courbe de distribution normale figuraient sur le billet de banque de dix marks allemand.

intelligence

 

Evariste Galois Évariste Galois (1811-1832)

Considéré comme l'inventeur de l'algèbre moderne, il a développé, entre 17 et 20 ans la théorie de résolution possible ou non des équations d'un degré supérieur à 5.

Alors qu’il était interne au lycée Louis-le-Grand, il détermina une condition nécessaire et suffisante pour qu’un polynôme, dont les coefficients sont fixes, soit résoluble par radicaux. Galois est considéré comme un des inventeurs de la théorie des groupes, notion développée en particulier par Cauchy. Son travail sur la théorie des équations algébriques fut soumis à l’Académie des sciences mais ne fut pas compris. Il fut à nouveau présenté sous une forme condensée, mais sans plus de succès.

Il meurt des suites d'un duel au pistolet en 1832.

La portée de son oeuvre ne fut pas reconnue pendant sa courte vie. Son travail, qui posait les fondements de la théorie de Galois, branche majeure de l’algèbre générale resta incompris jusqu’en 1843. Liouville lut alors son manuscrit et déclara que Galois avait vraiment résolu le problème de décider qu'elles sont les équations résoluble par radicaux, complétant ainsi le théorème d'Abel sur l'impossibilité de résoudre l'équation du cinquième degré par radicaux.

Du fait de sa mort dramatique, de sa précocité intellectuelle et de l'incompréhension de son entourage, le personnage de Galois est devenu la figure représentative du génie méconnu et de la précocité.

intelligence

Francis Galton Sir Francis Galton (1822-1911)

Cousin de Charles Darwin, homme de science britannique, Francis Galton est l'un des fondateurs de la psychologie différentielle ou comparée. Il a été l'inventeur de nombreuses méthodes statistiques couramment employées depuis et de notions en psychologie comme l'étalonnage, la régression, la corrélation.

« Si l’on mariait les hommes de talent à des femmes de talent […] on pourrait, génération après génération, produire une race humaine supérieure » déclare Francis Galton en 1865. Animé par l'obsession de la recherche systématique d'une sélection scientifique de l'élite de l'humanité, il est considéré comme le fondateur d'une école biométrique et eugénique britannique. Persuadé que les facteurs héréditaires jouent un rôle dominant dans la détermination des différences individuelles, il a ébauché des méthodes d'étude du problème hérédité-milieu qui ont été perfectionnées depuis : méthode des jumeaux, études des pédigrées, etc. ; mais en sous-estimant grossièrement dans ses travaux l'importance des facteurs de milieu. ( Hereditary Genius -1869- En s’inspirant des gens célèbres, il voulait faire la démonstration que le génie est héréditaire : dans tous les cas ou presque, il a constaté que l’environnement au moment de la jeunesse avait été très stimulant. ). Plus tard, il définit l’eugénisme comme la « science de l’amélioration des lignées [humaines], permettant de conférer aux races et aux souches les plus convenables une plus grande chance de prévaloir rapidement sur celles qui ne le sont pas ». Une science qui s’appuie clairement sur la théorie de l’hérédité et la théorie de l’évolution par la sélection naturelle, tout juste émise par Charles Darwin.
Cette orientation l'a conduit à défendre des principes eugéniques dont les nazis se sont notamment inspirés pour appuyer leur politique de stérilisation massive d'individus considérés comme déviants (alcooliques, schizophrènes, handicapés...), ces déviances leur étant apparues comme héréditaires, donc "nocives pour l'intégrité et la pureté de la race aryenne".

Il a été aussi l'inventeur des empreintes digitales comme identification d'un individu, et de la photo composite ( création d'une image unique composée de plusieurs images du visage d'un certain "type" d'individu, afin d'obtenir la tête typique du voleur, par exemple !! ), considérée de nos jours comme l'ancêtre du Morphing.

On peut citer aussi l'ingénieuse et simple Planche de Galton : l'écoulement aléatoire des billes tend à recréer une courbe de Gauss.

On aura compris que l'insistance de certains à citer Galton quand il est question du QI peut révéler le désir de faire passer tous les "adeptes" des tests pour des nazis...ou, à l'inverse, ressort d'une propagande saumâtre pour sa réhabilitation !

Retour au sommaire de la FAQ Qi