GAPPESM
Groupement Associatif Pour les Personnes Encombrées de Surefficience Mentale

Qu'est-ce que le QI ?

Le Q.I. est l'un des outils des psychologues pour situer l'efficience intellectuelle d'un enfant (rapport âge réel/âge mental) ou d'un adulte (position par rapport à la population).

L'arrêté relatif à la nomenclature des handicaps précise que les définitions retenues pour les retards mentaux correspondent à celles proposées par l’OMS. On considère qu'un QI entre 50 et 70 correspond à un retard mental léger et qu'un QI compris entre 35 et 49 correspond à un retard mental moyen.

On restera toutefois attentif au fait que le QI n'est pas une "mesure de l'intelligence" mais un "indice de dispersion" qui situe la place de l'individu parmi la population : il permet de comparer l'individu à la population des individus de son âge ( si c'est un enfant ) ou des autres adultes, et de situer le rang de l'individu dans cette population. Voici un tableau permettant de situer le rang d'un individu par rapport à son QI :

Q.I. 70 75 80 85 90 95 100 105 110 115 120 125 130 135 140 145
Note standard 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19
Rang sur 100 individus 98 95 91 84 75 63 50 37 25 16 9 5 2 1 4/1000 1/1000

La moyenne est de 100 et l'écart-type de 15 ; 50 % des individus obtiennent un QI entre 90 et 110. Un enfant qui a un QI de 140 serait classé 4ème sur 1000, un enfant qui a un QI de 110 serait classé 25ème sur 100, etc. (*)

(Voir Nomenclatures et handicaps, sur le site Intégration scolaire et partenariat)

La répartition de la population se fait de manière quasi homogène des deux côtés d'une moyenne située à 100. On parle généralement d'enfant précoce, ou d'adulte surdoué, ou à haut potentiel, ou surefficient mental, lorsque le "score" obtenu est supérieur à 125 (5% de la population), ou plus généralement >130 (2,2%).(*)

Donc, contrairement à une idée reçue, Le QI ne prétend pas vraiment être une mesure de l'intelligence mais une évaluation des capacités permettant de comparer le fonctionnement intellectuel d'une personne par rapport à une autre personne du même âge.

Courbe de Gauss
La répartition du QI dans la population.

Attention : Il s'agit ici de scores relatifs et quelqu'un avec un QI de 150 n'est donc pas deux fois plus intelligent qu'un individu avec un QI de 75. Ainsi, dire que quelqu'un présente un QI de 130 c'est simplement affirmer que les résultats de cet individu correspondent à 2,5 % de l'échantillon représentatif des individus de son âge. Sur 100 enfants, par exemple, il n'y aura qu'une seule personne qui a réalisé un score supérieur au sien.

(*)Il existe plusieurs types de tests, donnant des nombres différents pour mesurer un même décalage : il est donc essentiel de connaître le type de test employé pour pouvoir comprendre les résultats. Par défaut, on se réfère généralement aux tests de Wechsler.
Tableau des équivalences de QI

Comme le reconnaît monsieur Delaubier, inspecteur de l'Education Nationale, dans le rapport dont il est l'auteur, " le seul outil communément admis pour délimiter ce groupe d'enfants [ intellectuellement précoces ] est le quotient intellectuel... ". Mais d'où vient cette notion, qu'exprime-t-elle et comment est-elle mesurée dans les faits ?

Historique

Dès la fin du XIXème siècle et le début du XXème, les premiers scientifiques se penchent sur la question de la mesure de l'intelligence. Précisons cependant qu'aucune définition exacte et définitive de ce que ce terme recouvre n'est aujourd'hui validée.

En 1905, les français Binet et Simon sont les premiers à utiliser un test correct permettant d'exprimer en niveau le développement intellectuel d'un enfant, en âge mental. Le premier test de Qi ( le fameux Binet-Simon ) s'appelait test d'intelligence, ou échelle métrique d'intelligence.

L'expression Quotient intellectuel fait son apparition en 1912 lorsque l'allemand Stern propose de diviser le résultat obtenu en âge mental par l'âge réel de l'enfant et de le multiplier par 100.

C'est seulement en 1939 que l'américain Wechsler introduit une modification statistique qui permet d'exprimer les résultats en rang dans la population de son âge et non plus en QI. Cela est particulièrement utile pour les adultes, qu'il n'était pas possible d'évaluer en âge mental, comme les enfants.

Depuis, les deux approches, par rang dans la population et par âge mental, coexistent et sont à l'origine de tests différents. On continue cependant d'utiliser le terme de QI pour parler des résultats.

 

Retour au sommaire de la FAQ Qi