Zèbre ou pas Zèbre, telle est la question......2

Se présenter ici, de quelques mots à quelques pages, votre fil vous appartient !
Règles du forum
La lecture des messages est accessible à tous.
En revanche, pour poster sur les forums, il faudra vous inscrire : choisir un identifiant ainsi qu'un mot de passe.
S'incrire sur les forums n'engage pas le GAPPESM et ne vous engage pas quant à votre adhésion future à l'association !
En cas de problème, ou si vous souhaitez des informations sur des fonctions avancées des forums, vous pouvez consulter la Foire Aux Questions (FAQ)

Modération des forums :
Que les posts soient publiés avec ou sans validation les forums du Gappesm sont modérés.
La suppression d'un post peut intervenir avec ou sans avis et explication lorsque le groupe de modération le juge nécessaire. Il en est de même de la radiation d'un membre par le bannissement son compte, adresse mail et adresse IP du forum.

Si vous avez lu le Règlement et la Charte, et que vous vous engagez à les respecter, alors vous pouvez poster sur le forum.
Mentounasc
Messages : 67
Enregistré le : 04 janv. 2019, 15:17
Localisation : Environs de Monaco
Contact :

Re: Zèbre ou pas Zèbre, telle est la question......2

Messagepar Mentounasc » 08 févr. 2019, 22:07

Janett

Madame Petitcollin n'a pas "la science infuse". Qu'elle décrive des points communs aux zèbres est une chose, très bien même puisqu'elle t'a aidé à une prise de conscience.
Mais qu'elle en fasse plus qu'une généralité en formulant des "absolus" du genre "ils sont tous comme ça…" ou bien "un(e) zèbre a(est) toujours…." est une énorme erreur : TOUS LES ZEBRES SONT DIFFERENTS, heureusement !

Nous avons un tronc commun, certes, mais vouloir aller au delà en dressant un profil type revient à décourager ceux à qui on avait apporté l'espoir.

Alors ne te désespère pas parce que tu ne rentres pas dans les différents moules décrits. Nous ne sommes pas des numéros, ni même des objets produits en petite quantité mais à la chaîne.
Chacun de nous est unique.
Regarde, sens, et goûte ce que te dit notre chère Friedensreich. Ecoute et touche ce que te disent d'autres synesthètes ou zèbres pour te convaincre que toi aussi tu es autre chose qu'une case dans un descriptif de l'humanité. Et que tes autres sens - si tu en as, comme par exemple l'intuition - participent à calmer cette impatience qui est souvent notre lot, ou cette inquiétude qui l'est aussi (note bien que je n'ai pas écrit "toujours... lol ...);


Tu écris :
Je vais passer maintenant le Weiss iv , et il faut le dire je stresse et angoisse car je ne veux pas qu'on me dise qu'après tout je ne correspond pas.
Janett, un test n'est qu'un test ! Et parfois, il arrive qu'on "loupe", y compris pour un HP.
Il ne faut considérer un test que comme un outil (ça c'est mon opinion), et tout outil est faillible, surtout si on essaye de s'en servir pour une tâche inadaptée. Il y a ici un zèbre qui semble en connaître long sur les tests, c'est Biri, j'espère qu'il lira ce sujet et amènera son grain de sel certainement plus pertinent que le mien.

je sais pas si les autres sureff ont ce besoin de tout comprendre
Ca, c'est effectivement l'une des caractéristiques générales des HP, sur laquelle tout le monde est à peu près d'accord. Bien sûr, il y a aussi des "NP" qui éprouvent ce besoin, mais je crois que les dits NP sont certainement déjà proches du seuil de zébritude, encore que parler de seuil consiste à fabriquer artificiellement des cases (pour quoi les HP seraient-ils HP à partir d'un "QI" de 130 et non pas de 128 ou de 132 ?). Le besoin de catégoriser m'a toujours énervé, et je ne dois pas être le seul. Heureusement, on s'habitue à voir le classement dans l'œil des autres, même si on ne l'accepte pas au fond de soi...

Est-ce normal cet attachement aux gens et aux souvenirs que ça rend même malheureux?
Ca, je pense (sans certitude, mais je crois toucher juste) que c'est une particularité de ceux que certains psys appellent les "HQE" (haut quotient émotionnel). Une branche de la zébritude dans laquelle on retrouve souvent les artistes. Mais tout le monde, y compris chez les NP a des sensibilités aux autres et aux souvenirs. C'est variable selon les individus. Probablement à un niveau très élevé pour les HQE.
Quant à parler de "malheur" (tu dis ça rend malheureux), es- tu sûre que tu ne confonds pas des notions normopensantes relatives à la tristesse et à l'affichage des émotions ?
Je t'explique ma question par mon exemple personnel.
Lors de mes seconds tests dans les années 1990 (j'étais dans la moitié de la quarantaine), on m'a diagnostiqué comme "HQI-HQE équilibré avec légère prédominance de l'émotionnel". C'est peut-être l'une des choses les plus importantes qui m'ait été dite dans ma vie par quelqu'un qui me soit indifférent. Car depuis, j'ai appris à vivre avec mes émotions, même si ça n'est pas toujours pratique, puisque par exemple je pleure en cas d'émotion forte (je pleure en cas de joie - c'est un cas fréquent- , de tristesse, de surprise intense - ça aussi c'est fréquent- et dans bien d'autres circonstances…), et que c'est particulièrement difficile à maîtriser en public. Mais je fais avec, les années me l'ont appris. Alors je ne doute pas que tu y parviennes toi aussi. Mais ne pas confondre pleurs et/ou émotion forte avec malheur et tristesse est souvent difficile, prisonnier qu'on est des schémas que nous a inculqué la normopensance.

a personne avec la quelle j'entretenais une aventure, après des mois ensemble , m'a a annoncé par SMS qu'il me quittait. Ce qui me torture le plus a part du cœur brisé, c'est de ne pas savoir pourquoi il a réagi de la sorte, ne pas avoir une explication de vive voix
Déjà, tu dois avoir une chose en tête : quel que soit le "statut psy" de ton amant (HP ou NP), il a forcément perçu une certaine part de malaise en toi à cause de cette relation "illicite au regard de la moralité courante".
Ensuite, il a certainement également perçu une différence en toi, différence dûe à ta zébritude.
Il peut n'avoir pas su analyser tout ça par manque de capacités et/ou connaissances, mais je suis à peu près certain que cela a du contribuer à insuffler en lui un certain malaise, surtout si cette relation extraconjugale se poursuivait depuis longtemps.
D'ailleurs, ton inconscient doit justement "sentir" ce que je viens d'exprimer. La preuve en est que tu t'es gardée de dire si cet homme était lui aussi dans une relation extraconjugale, si ton mari "pressentait" quelque chose, et moultes autres détails. En fait, comme si ton inconscient faisait un barrage à ce qui pourtant t'apportait un peu de bonheur. Ton silence sur ces points prouve que tu dois penser que cela nous échappe parce que nous n'avons pas tous les paramètres, et donc conscient et inconscient se rejoignent pour faire une sorte de silence/blackout sur ce que toi même n'arrive pas à cerner.
Il n'y a que toi à pouvoir faire la part des choses : s'agissait-il d'une aventure essentiellement sexuelle (il faut bien que le corps exulte, comme le chantait si justement Brel), ou bien la dimension sentimentale y était elle primordiale ? Des fois, c'est pas facile d'affronter la réalité en face, et de se dire qu'on est faits de chair, de sang et d'hormones, et accepter ses pulsions est même souvent une gageure.


Voilà Janett, je ne t'apporte pas vraiment de réponse "sûre à 100%" sur chacune de tes interrogations, je t'amène juste mes réflexions et des pistes pour les tiennes. J'espère que cela t'aidera.

Bises zébresques
Tiens le coup, la vie est belle malgré tout !
Mentou