Brève présentation

Se présenter ici, de quelques mots à quelques pages, votre fil vous appartient !
Règles du forum
La lecture des messages est accessible à tous.
En revanche, pour poster sur les forums, il faudra vous inscrire : choisir un identifiant ainsi qu'un mot de passe.
S'incrire sur les forums n'engage pas le GAPPESM et ne vous engage pas quant à votre adhésion future à l'association !
En cas de problème, ou si vous souhaitez des informations sur des fonctions avancées des forums, vous pouvez consulter la Foire Aux Questions (FAQ)

Modération des forums :
Que les posts soient publiés avec ou sans validation les forums du Gappesm sont modérés.
La suppression d'un post peut intervenir avec ou sans avis et explication lorsque le groupe de modération le juge nécessaire. Il en est de même de la radiation d'un membre par le bannissement son compte, adresse mail et adresse IP du forum.

Si vous avez lu le Règlement et la Charte, et que vous vous engagez à les respecter, alors vous pouvez poster sur le forum.
Shimauma
Messages : 12
Enregistré le : 21 sept. 2018, 00:16

Brève présentation

Messagepar Shimauma » 26 déc. 2018, 20:42

Bonjour,
je commence par des excuses, j'ai dû retaper cette fiche au moins 10 fois et cela reste toujours aussi chaotique, mon souci du détail me perdra...dans tous les cas je remercie les personnes qui auront le courage et l'indulgence de lire ces lignes empreintes de confusion.

Tout a commencé en 2017, j'ai été envoyé à l'hôpital après une tentative de suicide, j'y ai été diagnostiqué dépressif, dès lors, on m'a soumis à une série d'entrevues avec des psychiatres et les autres occupants de l'hôpital, avant de ma laisser partir 2 semaines plus tard. Mes parents, alors encore abasourdis par cette nouvelle, décidèrent de continuer la prise en charge gratuite que l’hôpital proposait, une série d'entrevues avec un psychiatre, qui disait pouvoir m'aider, je découvris finalement que j'étais son dernier rendez-vous de la journée et que mes parents ne payant pas ses services, il n'allait pas m'aider, en effet, il ne m'aida pas.
Après des examens plus poussés, les médecins, à la grande surprise de mes parents, toujours, découvrirent que j'étais insomniaque, et ce depuis à peu près 11 ans, ce n'était pas une surprise pour moi, ainsi débuta la prise de nombreux médicaments, antidépresseurs, anxiolytiques, somnifères...etc
Les médicaments n'y faisaient rien, je n'allait toujours pas mieux...mais, quelque chose d'inattendu arriva, je tombai amoureux !
L'amour était l'essence éphémère qui me faisait avancer, et qui continue de le faire...

À ce stade de mon histoire, car je raconte ici mon histoire afin d'être mieux conseillé et aidé, je tiens à ajouter quelques explications...
Mes parents ont été et sont une source de souffrance qui m'aura poussé au suicide, ce qu'ils ont fait avec moi tient du harcèlement psychologique typique des relations familiales toxiques, ce qui explique leur surprise au début de ce récit, comment voulez-vous discuter de votre exécution avec l'un de vos bourreaux ? Et la communication avec les autres n'est pas mon fort...
Et je le mentionne, j'ai été diagnostiqué dépressif à 15 ans, et comme vous l'aurez compris j'ai actuellement 16 ans, suite à ma dépression, mes parents ont décidé de ma faire passer un test de QI par une psychiatre réputée, ils n'attendaient pas de résultats en particulier, une intelligence un petit plus élevée que la moyenne peut être...
J'ai été diagnostiqué "surreficient mental" par celle-ci qui me précisa, que ma dépression étant un événement récent, je n'étais pas au maximum de mes capacités et que mon score ne voulait, par conséquent, rien dire, elle me fit un clin d’œil en me montrant mon score qu'il fallait donc voir à la hausse dans les années futures, si j'allais mieux. (j'ai passé un test de QI pour adulte je le précise)
J'avais des réponses, je savais maintenant ce que j'étais, un "zèbre", ma copine m'avoua alors à son tour qu'elle fût, lorsqu’elle était enfant, diagnostiquée elle aussi comme "surdouée", ce qui nous rapprocha j'imagine...

Que dire d'aujourd'hui ? Je fais une sorte de rééducation pour "aimer vivre" ou "profiter de la vie", le concept me fait sourire, car je dois obligatoirement être avec d'autres personnes, je ne suis pas un grand bavard, je suis un solitaire par nature, les autres m'ennuient et ne cessent de me décevoir, et c'est dur pour moi d'admettre que le monde est injuste. J'ai envie de découvrir ce que le monde et les autres peuvent offrir, c'est pour l'instant mon moyen d'avancer, d'où mon goût pour la philosophie et les sciences, deux domaines où l'on répond à bon nombre de questions.
J'ai par ailleurs, réussi à découvrir le nom de ce qui me permettait d'associer mes sens, je suis synesthésique, quand j'écoute de la musique, le livre que j'ai lu en l'écoutant m'apparaît, un souvenir fait parfois son apparition quand j'écoute telle ou telle musique, et parfois c'est l'inverse. Bref des réponses mais toujours autant de questions...

Merci,

Shimauma 縞馬
Kristelle
Messages : 75
Enregistré le : 17 nov. 2017, 21:10
Localisation : IDF

Re: Brève présentation

Messagepar Kristelle » 26 déc. 2018, 22:45

Bonjour Shimauma,
Et bienvenue :lh:
Ton récit me touche, comme à chaque fois que je vois/lis/entends un zèbre en arriver assez près de s'autodétruire, tout ça parce que son environnement toxique ou pas assez nourrissant/stimulant le pousse à chercher à fuir ce malaise ou cette souffrance. Celà ne devrait pas exister! Et donc, il faut lutter contre cette injustice en se serrant les coudes, en s'appuyant sur les personnes précieuses qui nous entourent...on peut toujours en trouver(ici sur ce forum par exemple!)

Un zèbre, avec tout le potentiel qu'il recèle, c'est un trésor! Bien plus que beaucoup de normo-pensants, dans leur monde étriqué et basé sur le jugement (bien souvent négatif)...même si heureusement il ne faut pas généraliser et rejeter tout le monde. Je pense qu'une personne HP placée dans un environnement positif et adapté à lui/elle va pouvoir s'épanouir tel(le) une fleur :fleur: et commencer à développer ce potentiel et se sentir bien. Pour celà, l'important est d'apprendre à bien se connaitre, prendre le temps d'étudier ses propres spécificités et de trouver ce qui pourra nous placer dans ces ´conditions favorables' essentielles pour nous: l'amour bien sûr est un élément important; dans un autre registre, nourrir notre cerveau avec des sujets qui nous passionnent, où nous pouvons apprendre...ou encore des projets perso, des objectifs quels qu'ils soient...

L'important est je crois d'apprendre comment prendre soin de soi, et de le mettre en pratique, surtout si nous sommes dans un environnement qui laisse à désirer: j'ai moi-même eu des parents toxiques...aujourd'hui ne reste que ma mère, je la vois 1 fois/an et j'évite de la prendre au télephone (les SMS mettent plus de distance en limitant la communication)...ça m'évite de devoir mettre des jours à me remettre de la négativité de son discours après seulement quelques minutes à l'écouter, dénigrante, rabaissante et pessimiste...à son contact mon énergie fond comme neige au soleil et je me sens minable, parfois sans même savoir comment elle réussit cela! :( Après avoir énormément souffert de sa négativité durant plusieurs décennies(je suis 'un peu' plus âgée que toi du haut de tes 16 ans, et ce n'est pas forcement plus facile, tu as cette "chance" d'identifier ta zebritude très tôt et c'est une tres bonne chose)...ma mère...j'ai souffert de sa jalousie aussi (je ne l'ai réalisé que très récemment) avec l'envie permanente d'empêcher toute personne de s'intéresser à moi meme ponctuellement, son égocentrisme et un déséquilibre mental (besoin maladif d'attention, mensonges, pas de scrupules, et autres joyeusetés notamment critique permanente des autres par derriere sans aucun respect et grands sourires par devant, etc...).Bref, j'ai choisi de me protéger de sa toxicité par la distance (c'est l'unique moyen )...question de survie.

En bref: prends soin de toi et de tes semblables, car tu le vaux vraiment, pour toi-même, ceux qui te sont précieux, et meme pour le bien de la société car un zèbre heureux peut accomplir de grandes et belles choses pour lui-meme et les autres. Je crois.

À bientôt sur le forum! :zebre2:
Kristelle
Friedensreich
Messages : 95
Enregistré le : 28 nov. 2018, 00:57

Re: Brève présentation

Messagepar Friedensreich » 27 déc. 2018, 19:28

BIENVENUE SHIMAUUUU ! :lh:

Ca me fait plaisir, et bien sûr ça me peine aussi d'un côté... mais ça me fait d'autant plus plaisir ! de voir quelqu'un dans une telle difficulté interne, qui ose venir ici et prendre le risque de... partager !
Surtout quand, Ô grand malheur, l'on semble n'avoir jamais pu pouvoir s'exprimer.
En effet, cela me consterne quand je vois, je lis, j'entends, je devine, je sens, je perçois, la moindre trace de vécu où l'on n'a pas pu, on n'a pas su, on ne nous a pas permis, on ne nous a pas appris à s'exprimer.
J'ai toujours été dans une sorte, presque, d'impudicité, depuis très jeune, par soucis de dire NON aux non-dits, et non pas par amour de l'exhibition. Car oui, j'ai toujours préféré l'impudeur au mur que crée le silence entre les gens. Le mauvais silence, je veux dire. Parce qu'il y en a des bons.
J'ai toujours vu, senti cette chose : les gens qui ne disent rien, qui ne s'expriment pas, qui ont peur, ou qui ne savent CARREMENT pas s'exprimer car ON NE LEUR A PAS APPRIS. Pardon de ces majuscules, mais j'exprime bien là, sans ambages, ma véritable consternation de ce phénomène.
Je me mesure pourtant car je ne rentre pas dans le jugement envers tes parents, ce que je n'aurais pas fait + jeune.
Mais, en effet, ils sont toxiques. C'est tout ce que n'importe qui pourra constater objectivement. Je souhaite que ce que tu vis leur fasse se remettre, un jour, en question.
En attendant, il est question de toi, de ton envie d'aller bien, de ton besoin d'aller bien.
Et je trouve que, vu ce que tu racontes de ta vie pauvre en échanges réels avec tes parents, c'est vraiment fort que tu viennes et que tu écrives tout ça, aussi clairement.
Car oui, tu es très clair, et non pas confus, je te l'assure, en tout cas pour moi.
Bien sûr, tu as probablement été aidé pour t'exprimer, grâce à des rencontres et/ou des lectures, notamment peut-être ta copine, et je trouve cela super et encourageant.
Pardon, j'espère que mes probabilités sur ton intimité ne te heurte pas.
Je sais que parfois je peux être perçu comme intrusif. Je ne le souhaite vraiment pas.

Le milieu médical, arf... j'ai coutume de dire "il ne faut pas m'en parler, sinon je m'énerve". Bon, bien sûr, il y a du bon là-dedans, parfois, et heureusement.
Alors, tout ça pour dire : je te comprends très bien. J'ai aussi un passif pas drôle, et on est pour beaucoup passé par là, de ce que j'ai pu entendre et lire.
C'est quand même fabuleux qu'ils aient eu besoin de te faire passer des examens pour savoir que tu étais insomniaque, alors que c'est quelque chose que le patient sait, et qu'il suffit de demander.
Comme si le patient était un truc qui a une parole qui n'est aucunement digne de confiance, surtout les mineurs.
Pardon, je ne veux pas engrainer une quelconque haine ou dissidence mal placée envers le système, mais y'a des choses qui m'estomaquent et qui font remettre en question le monde, tout de même, pour parler au bas mot.
Moi-même, je suis plus ou moins insomniaque depuis mes deux ans. Enfin, j'ai toujours eu des problèmes d'endormissement, disons... pas toutes les nuits.
J'ai passé un examen pour savoir pourquoi je dormais mal, un examen du sommeil, donc. Mais on n'a pas eu besoin de me faire un examen pour savoir "si je dormais mal". Ca, c'est une question qu'on pose, normalement. Pas des tonnes d'euros qu'on dilapide, et du temps perdu pour je ne sais combien de personnes, dans une nuit d'hôpital et autres tests.
Bon, bah voilà, je me suis énervé :D

Ta rééducation, je peux aussi la comprendre. Moi-même, je suis dans une certaine problématique qui est "j'en ai rien à cirer de vivre, mais j'ai envie d'avoir envie de vivre". C'est quand même ballot. C'est quand même un comble. Au moins, ça me fait rigoler :D
Pourquoi dois-tu obligatoirement être avec d'autres personnes ? C'est ta façon d'avoir envie de vivre, c'est ça ?

La synesthésie... déjà entendu parler, jamais approfondi. Je te remercie pour cette stimulation.
Je me demande si j'en suis. Je ne suis pas sûr. Car moi, j'associe plein de trucs avec plein de trucs, et la mécanique change en fonction des sujets ou de l'humeur. Faut approfondir + la définition pour me faire idée. En tout cas, je vois pas de couleurs avec les lettres et les nombres :D par contre, j'ai plus ou moins d'accointance avec telle lettre ou tel chiffre. C'est pas de la synesthésie, ça, hein ? Bah non, l'accointance n'est pas un sens... Mince, alors.

En tout cas, moi j'ai donné le fiel envers les sources de tes souffrances, Kristelle t'a donné les bons conseils à suivre auxquels je n'ai rien à ajouter ;)

Au plaisir de te relire et en espérant ne t'avoir pas bousculé.
Corine
Messages : 58
Enregistré le : 28 juil. 2016, 00:22

Re: Brève présentation

Messagepar Corine » 29 déc. 2018, 18:21

Bonjour Shimauma :),

Bravo à toi et merci de nous livrer tout ceci, à ton âge et avec ce profil, même si tu t'y es repris à plusieurs fois, ce n'est guère évident.
C'est clair, comme de l'eau de roche, peut-être aussi parce que mon parcours a été un peu semblable.
Je te souhaite, vraiment, que tes parents puissent se remettre en question, ça n'a pas été mon cas et encore aujourd'hui, tout comme Kristelle (que je salue, tout comme Fr..... désolée, mais compliquée pour une dyslexique), j'évite au maximum les contacts avec ma mère, qui est capable de me dézinguer en 2 secondes.

En ce qui concerne les synesthésies, je n'en ai pas, au contraire de mes enfants, je n'arrive pas à conceptualiser le fait qu'un jour ou un chiffre puissent avoir une couleur ou une texture particulière, ceci m'est parfaitement étranger.
Je peux te conseiller un livre de Daniel Tammet "Je suis né un jour bleu", ce qui peut te faire éventuellement t'interroger sur un syndrome d'Asperger,
on cumule à la maison, c'est chouette ou bien moins, ça dépend des instants, quoiqu'il en soit, il faut arriver à transformer l'essai, ce n'est pas une tare, ni une malédiction.

Quant à la psychiatrie ... nombre de ses représentants sont bien calés dans leurs certitudes et sont capables de dégâts monumentaux ... comme confondre l'autisme (qu'est-ce que c'est que ce truc, encore ?) et la schizophrénie, par exemple.
Si tu as besoin de creuser un peu plus le sujet en ce sens et de trouver des pros compétents, je te conseille, aussi, de te rapprocher du C.R.A, ils ont des ouvrages très intéressants.

Bon réveillon et belle route à toi, tu as la chance de savoir, très jeune, que tu as un cerveau extraordinaire, exploites le bien. ;)

:zebre2:
Mentounasc
Messages : 212
Enregistré le : 04 janv. 2019, 15:17
Localisation : Environs de Monaco
Contact :

Re: Brève présentation

Messagepar Mentounasc » 07 janv. 2019, 14:34

J'ai failli débuter ce post par un "Hello Shima", et en me rendant compte de la bombe que ça pouvait être, j'ai commencer par me raviser. Puis je me suis ravisé à nouveau en me disant que malgré le drame de la cité nippone, tu pouvais prendre ça comme un sourire destiné à décontracter l'ambiance.


J'ai peu de choses à te dire, les trois excellentes interventions au dessus sont suffisamment significatives.
Je souligne cependant, comme les autres, que ta conscience précoce de ta zébritude est un gage de succès. Tu vas sans problème surmonter les épreuves qui t'attendent - car il y en aura - mais tu en seras averti, et tout te sera plus facile.

Mais il y a un point que soulève Corine et qui mérite lui aussi d'être souligné : celui de l'incompétence de certains psys, incompétence qui peut mener à des désastres abominables.

Avoir le soutien d'un psy, c'est bien, et très utile. Mais ne jamais se départir de son sens critique, y compris envers ce dernier, c'est une clause de survie. Car les psys ne sont pas infaillibles, et ceux qui ne connaissent pas bien les "zèbres" sont même un danger pour nous, risquant de nous induire en erreur sur des choses essentielles. Dans l'absolu, on pourrait presque penser que les HP qui veulent un psy n'ont qu'à en contacter un qui soit un zèbre. Encore faudrait-il que les psys consentent à se dévoiler, ce qui est, semble-t'il, légèrement contraire à leur éthique…

En fait, tu as et auras ici ton content de gens dévoués et compétents, qui connaissent ou ont connu tes problèmes.
Et pourront t'aider de façon désintéressée.
Ca vaut certainement très largement un psy ayant pignon sur rue… Enfin, ça le vaut souvent. Mais n'hésite quand même pas, la synesthésie est si particulière qu'elle nécessite des connaissances approfondies que nous n'avons pas tous.

A bientôt !
Mentou
Nihil Nisi Silentium Timet !
Shimauma
Messages : 12
Enregistré le : 21 sept. 2018, 00:16

Re: Brève présentation

Messagepar Shimauma » 22 févr. 2019, 19:14

Kristelle a écrit :Bonjour Shimauma,
Et bienvenue :lh:
Ton récit me touche, comme à chaque fois que je vois/lis/entends un zèbre en arriver assez près de s'autodétruire, tout ça parce que son environnement toxique ou pas assez nourrissant/stimulant le pousse à chercher à fuir ce malaise ou cette souffrance. Celà ne devrait pas exister! Et donc, il faut lutter contre cette injustice en se serrant les coudes, en s'appuyant sur les personnes précieuses qui nous entourent...on peut toujours en trouver(ici sur ce forum par exemple!)

Un zèbre, avec tout le potentiel qu'il recèle, c'est un trésor! Bien plus que beaucoup de normo-pensants, dans leur monde étriqué et basé sur le jugement (bien souvent négatif)...même si heureusement il ne faut pas généraliser et rejeter tout le monde. Je pense qu'une personne HP placée dans un environnement positif et adapté à lui/elle va pouvoir s'épanouir tel(le) une fleur :fleur: et commencer à développer ce potentiel et se sentir bien. Pour celà, l'important est d'apprendre à bien se connaitre, prendre le temps d'étudier ses propres spécificités et de trouver ce qui pourra nous placer dans ces ´conditions favorables' essentielles pour nous: l'amour bien sûr est un élément important; dans un autre registre, nourrir notre cerveau avec des sujets qui nous passionnent, où nous pouvons apprendre...ou encore des projets perso, des objectifs quels qu'ils soient...

L'important est je crois d'apprendre comment prendre soin de soi, et de le mettre en pratique, surtout si nous sommes dans un environnement qui laisse à désirer: j'ai moi-même eu des parents toxiques...aujourd'hui ne reste que ma mère, je la vois 1 fois/an et j'évite de la prendre au télephone (les SMS mettent plus de distance en limitant la communication)...ça m'évite de devoir mettre des jours à me remettre de la négativité de son discours après seulement quelques minutes à l'écouter, dénigrante, rabaissante et pessimiste...à son contact mon énergie fond comme neige au soleil et je me sens minable, parfois sans même savoir comment elle réussit cela! :( Après avoir énormément souffert de sa négativité durant plusieurs décennies(je suis 'un peu' plus âgée que toi du haut de tes 16 ans, et ce n'est pas forcement plus facile, tu as cette "chance" d'identifier ta zebritude très tôt et c'est une tres bonne chose)...ma mère...j'ai souffert de sa jalousie aussi (je ne l'ai réalisé que très récemment) avec l'envie permanente d'empêcher toute personne de s'intéresser à moi meme ponctuellement, son égocentrisme et un déséquilibre mental (besoin maladif d'attention, mensonges, pas de scrupules, et autres joyeusetés notamment critique permanente des autres par derriere sans aucun respect et grands sourires par devant, etc...).Bref, j'ai choisi de me protéger de sa toxicité par la distance (c'est l'unique moyen )...question de survie.

En bref: prends soin de toi et de tes semblables, car tu le vaux vraiment, pour toi-même, ceux qui te sont précieux, et meme pour le bien de la société car un zèbre heureux peut accomplir de grandes et belles choses pour lui-meme et les autres. Je crois.

À bientôt sur le forum! :zebre2:
Kristelle


Bonjour Kristelle,

Merci d'avoir pris du temps pour moi sans même me connaître, je découvre ici un lieu d'entraide, je ne sais d'ailleurs pas encore comment me lancer ici, j'ai beaucoup de mal dans mes interactions comme je l'ai expliqué. Je suis tes conseils sans m'en rendre compte car si j'écris ce message si tard c'est qu'il s'est passé pas mal de choses dans ma vie et j'apprends à me connaître, je posterai probablement un message à ce sujet prochainement...
Bref, je vois que la vie t'aura apporté à toi aussi son lot de souci, merci de partager ton expérience sur ce sujet avec moi, en espérant que ces soucis sont loin derrière toi maintenant. Je pense en effet qu'avec le temps et la distance, je me protégerai de cette toxicité que toi aussi tu as fui de tes parents (de ta mère du moins).
Je ne sais pas si je"le vaux vraiment" et si j'accomplirai de grandes choses un jour, mais j'essaierai, de donner une valeur à ma vie et la possibilité d'accomplir quelque chose pour la société.

Merci pour tout :-bd

Shimauma 縞馬
Shimauma
Messages : 12
Enregistré le : 21 sept. 2018, 00:16

Re: Brève présentation

Messagepar Shimauma » 22 févr. 2019, 19:47

Friedensreich a écrit :BIENVENUE SHIMAUUUU ! :lh:

Ca me fait plaisir, et bien sûr ça me peine aussi d'un côté... mais ça me fait d'autant plus plaisir ! de voir quelqu'un dans une telle difficulté interne, qui ose venir ici et prendre le risque de... partager !
Surtout quand, Ô grand malheur, l'on semble n'avoir jamais pu pouvoir s'exprimer.
En effet, cela me consterne quand je vois, je lis, j'entends, je devine, je sens, je perçois, la moindre trace de vécu où l'on n'a pas pu, on n'a pas su, on ne nous a pas permis, on ne nous a pas appris à s'exprimer.
J'ai toujours été dans une sorte, presque, d'impudicité, depuis très jeune, par soucis de dire NON aux non-dits, et non pas par amour de l'exhibition. Car oui, j'ai toujours préféré l'impudeur au mur que crée le silence entre les gens. Le mauvais silence, je veux dire. Parce qu'il y en a des bons.
J'ai toujours vu, senti cette chose : les gens qui ne disent rien, qui ne s'expriment pas, qui ont peur, ou qui ne savent CARREMENT pas s'exprimer car ON NE LEUR A PAS APPRIS. Pardon de ces majuscules, mais j'exprime bien là, sans ambages, ma véritable consternation de ce phénomène.
Je me mesure pourtant car je ne rentre pas dans le jugement envers tes parents, ce que je n'aurais pas fait + jeune.
Mais, en effet, ils sont toxiques. C'est tout ce que n'importe qui pourra constater objectivement. Je souhaite que ce que tu vis leur fasse se remettre, un jour, en question.
En attendant, il est question de toi, de ton envie d'aller bien, de ton besoin d'aller bien.
Et je trouve que, vu ce que tu racontes de ta vie pauvre en échanges réels avec tes parents, c'est vraiment fort que tu viennes et que tu écrives tout ça, aussi clairement.
Car oui, tu es très clair, et non pas confus, je te l'assure, en tout cas pour moi.
Bien sûr, tu as probablement été aidé pour t'exprimer, grâce à des rencontres et/ou des lectures, notamment peut-être ta copine, et je trouve cela super et encourageant.
Pardon, j'espère que mes probabilités sur ton intimité ne te heurte pas.
Je sais que parfois je peux être perçu comme intrusif. Je ne le souhaite vraiment pas.

Le milieu médical, arf... j'ai coutume de dire "il ne faut pas m'en parler, sinon je m'énerve". Bon, bien sûr, il y a du bon là-dedans, parfois, et heureusement.
Alors, tout ça pour dire : je te comprends très bien. J'ai aussi un passif pas drôle, et on est pour beaucoup passé par là, de ce que j'ai pu entendre et lire.
C'est quand même fabuleux qu'ils aient eu besoin de te faire passer des examens pour savoir que tu étais insomniaque, alors que c'est quelque chose que le patient sait, et qu'il suffit de demander.
Comme si le patient était un truc qui a une parole qui n'est aucunement digne de confiance, surtout les mineurs.
Pardon, je ne veux pas engrainer une quelconque haine ou dissidence mal placée envers le système, mais y'a des choses qui m'estomaquent et qui font remettre en question le monde, tout de même, pour parler au bas mot.
Moi-même, je suis plus ou moins insomniaque depuis mes deux ans. Enfin, j'ai toujours eu des problèmes d'endormissement, disons... pas toutes les nuits.
J'ai passé un examen pour savoir pourquoi je dormais mal, un examen du sommeil, donc. Mais on n'a pas eu besoin de me faire un examen pour savoir "si je dormais mal". Ca, c'est une question qu'on pose, normalement. Pas des tonnes d'euros qu'on dilapide, et du temps perdu pour je ne sais combien de personnes, dans une nuit d'hôpital et autres tests.
Bon, bah voilà, je me suis énervé :D

Ta rééducation, je peux aussi la comprendre. Moi-même, je suis dans une certaine problématique qui est "j'en ai rien à cirer de vivre, mais j'ai envie d'avoir envie de vivre". C'est quand même ballot. C'est quand même un comble. Au moins, ça me fait rigoler :D
Pourquoi dois-tu obligatoirement être avec d'autres personnes ? C'est ta façon d'avoir envie de vivre, c'est ça ?

La synesthésie... déjà entendu parler, jamais approfondi. Je te remercie pour cette stimulation.
Je me demande si j'en suis. Je ne suis pas sûr. Car moi, j'associe plein de trucs avec plein de trucs, et la mécanique change en fonction des sujets ou de l'humeur. Faut approfondir + la définition pour me faire idée. En tout cas, je vois pas de couleurs avec les lettres et les nombres :D par contre, j'ai plus ou moins d'accointance avec telle lettre ou tel chiffre. C'est pas de la synesthésie, ça, hein ? Bah non, l'accointance n'est pas un sens... Mince, alors.

En tout cas, moi j'ai donné le fiel envers les sources de tes souffrances, Kristelle t'a donné les bons conseils à suivre auxquels je n'ai rien à ajouter ;)

Au plaisir de te relire et en espérant ne t'avoir pas bousculé.


Hello Friedensreich,

Désolé que tu puisses percevoir mes difficultés à m'exprimer, même au sein d'un message écrit, tu as raison, on ne m'a pas appris à m'exprimer, j'ai toujours intériorisé depuis tout petit, "comme un homme" me dirait probablement ce génie qu'est mon père "hum, hum", car comme tout le monde le sait déjà, les hommes peuvent souffrir mais n'ont pas à le partager, cela ferait d'eux des faibles, des fillettes..."hum, hum" (x2)
La remise en question de mes parents n'est désormais un événement que je n'attends plus, j'ai longtemps essayé (avec une patience qui m'étonne aujourd'hui) de les raisonner, mais rien à faire, "le problème vient de moi et si ils me payent une psy, c'est pour que je le règle" voilà où j'en suis...
Tu n'as pas du tout été intrusif, tu supposes bien, n'ayant pas eu de discussions avec mes parents et ayant toujours eu peu ou plutôt pas d'amis, je me suis vite enfermé dans les livres, ce qui m'aide aujourd'hui à expliquer clairement ma pensée.
Je me suis mal exprimé sur mes problèmes de sommeil, j'ai utilisé un raccourci en disant que l'on m'avait fait passer des examens, mais en réalité, les médecins m'ont posé de multiples questions sur mon sommeil, et m'ont gardé en observation durant plusieurs nuits (j'étais interné pour dépression et tendances suicidaires donc ils se contentaient de faire des tests durant cette période) avant de me croire, car lorsque je leur avait dit que je ne dormais pas bien, ils n'en avaient pas tenu compte.
Je n'ai toujours pas une envie débordante de vivre mais plutôt une envie de mourir correctement et sans regrets actuellement. Je disais qu'il me fallait être avec d'autre personnes en paraphrasant ce que me disaient les psychologues, "il te faut des ami(e)s pour discuter, t'amuser, t'inciter à sortir, c'est comme ça que tu iras mieux" (40 euros), j'avais l'impression que pour eux, je ne pouvais m'en sortir seul, même si c'était moi qui avait les réponses à mes problèmes.

Tu ne m'as pas bousculé, merci d'avoir pris du temps pour moi ;)

Shimauma 縞馬
Kristelle
Messages : 75
Enregistré le : 17 nov. 2017, 21:10
Localisation : IDF

Re: Brève présentation

Messagepar Kristelle » 23 févr. 2019, 03:54

Bonjour Shimauma,

Merci de ton message, comme tu as vu aux réponses que tu as reçues, sur ce forum tu trouveras effectivement une attention spontanée et bienveillante, et du soutien, et dès lors qu'on en reçoit parce qu'on en a besoin, celà donne vite envie d'en donner à son tour, ce qui nous fait du bien encore(double effet kiss cool, c'est d'ailleurs très HP tout ça je crois ;) ).

Contente de voir que depuis ton message de présentation des choses ont évolué dans ta vie qui sont à priori positives, puisque comme tu l'écris tu "apprends à mieux te connaître"(et t'accepter dans ta spécificité aussi j'espère, maintenant ou bientôt, à ton rythme)...Un cheminement propre à chaque personne qui se découvre HP et que je crois sur ce forum nous avons tous en commun, chacun à son point du chemin, à son rythme et au fil de son expérience personnelle.
Oui, n'hésite pas à nous partager ceci dans un prochain post, ce sera avec intérêt de te lire, et ton expérience pourra aussi inspirer les autres zèbres sur le forum.
À bientôt ! :fleur:
Kristelle
Friedensreich
Messages : 95
Enregistré le : 28 nov. 2018, 00:57

Re: Brève présentation

Messagepar Friedensreich » 24 févr. 2019, 11:11

Coucou Shimauma,

Merci pour ton retour :)

"la possibilité d'accomplir quelque chose pour la société", pas sûre du tout que ce soit une voie réaliste, la société étant ce qu'elle est :-?

Je suis désolée de lire que tu as envie de mourir "correctement", en ce moment. Je sais ce que c'est.
En ce qui concerne le rapport aux autres, en effet, ça fait cher 40 balles pour ce genre de conseil non-étayé par une psy.
Cependant, je pense que c'est une réalité que, pour aller mieux, il faut un minimum de confrontation aux autres.
Un minimum pour tenir le coup si on a besoin d'avancer "en soi" d'abord, et puis augmenter la dose quand on se sent de le faire.
Mais je pense qu'avant tout, il faut le sentir, personne n'a à décider pour toi ce qui est bon de faire dans ta vie interpersonnelle, à mon avis.

Essayer de prendre du recul sur toute cette pression sociale qu'on peut subir à l'âge qui est le tien, que j'ai aussi, je pense, très bien connu.
(Enfin, je ne sais pas si tu la subis, mais je suppose ?)
Plus facile à dire qu'à faire, c'est clair.
Il faut ne pas se mettre de pression soi-même, être patient tout en ayant vraiment envie d'aller mieux.
Et si on n'a pas envie d'aller mieux car on se sent vide, il faut se reposer, tranquillement.
Je te partage uniquement mon vécu, et ce que je pense qui fonctionne de façon universelle.
Je peux me tromper, bien sûr.

Je te souhaite bien du courage et de l'espoir, car, je pense, il y en a toujours un si on le cherche :)
Shimauma
Messages : 12
Enregistré le : 21 sept. 2018, 00:16

Re: Brève présentation

Messagepar Shimauma » 11 avr. 2019, 17:57

Mentounasc a écrit :J'ai failli débuter ce post par un "Hello Shima", et en me rendant compte de la bombe que ça pouvait être, j'ai commencer par me raviser. Puis je me suis ravisé à nouveau en me disant que malgré le drame de la cité nippone, tu pouvais prendre ça comme un sourire destiné à décontracter l'ambiance.


J'ai peu de choses à te dire, les trois excellentes interventions au dessus sont suffisamment significatives.
Je souligne cependant, comme les autres, que ta conscience précoce de ta zébritude est un gage de succès. Tu vas sans problème surmonter les épreuves qui t'attendent - car il y en aura - mais tu en seras averti, et tout te sera plus facile.

Mais il y a un point que soulève Corine et qui mérite lui aussi d'être souligné : celui de l'incompétence de certains psys, incompétence qui peut mener à des désastres abominables.

Avoir le soutien d'un psy, c'est bien, et très utile. Mais ne jamais se départir de son sens critique, y compris envers ce dernier, c'est une clause de survie. Car les psys ne sont pas infaillibles, et ceux qui ne connaissent pas bien les "zèbres" sont même un danger pour nous, risquant de nous induire en erreur sur des choses essentielles. Dans l'absolu, on pourrait presque penser que les HP qui veulent un psy n'ont qu'à en contacter un qui soit un zèbre. Encore faudrait-il que les psys consentent à se dévoiler, ce qui est, semble-t'il, légèrement contraire à leur éthique…

En fait, tu as et auras ici ton content de gens dévoués et compétents, qui connaissent ou ont connu tes problèmes.
Et pourront t'aider de façon désintéressée.
Ca vaut certainement très largement un psy ayant pignon sur rue… Enfin, ça le vaut souvent. Mais n'hésite quand même pas, la synesthésie est si particulière qu'elle nécessite des connaissances approfondies que nous n'avons pas tous.

A bientôt !
Mentou


Salut Mentounasc,
Désolé de ne pas avoir répondu, il est maintenant un peu tard, mais je ne peux pas rester muet après une introduction si bien trouvée, je te souris donc en retour.

En effet je connais la chance que j'ai, et ce que cela implique pour mon futur, mais comment profiter de sa zébritude dans un monde qui ne me laisse pas en faire la démonstration ? Le lycée en est l'exemple parfait...certains viennent me voir car ils n'ont pas compris telle ou telle chose alors qu'ils ont eu une bien meilleure note que moi, je leur demande alors pourquoi et ils me disent alors "parce que tu as compris, toi", il faut toujours rentrer dans un moule, j'ai beaucoup de mal à comprendre ce qui est demandé parfois, alors que je connais la réponse, je m'étonne à dire "c'était juste ça ?" et me retrouve avec des notes...bref comment exploiter sa zébritude à mon âge ? comment en faire un avantage ?

Tu résumes bien ce que sont les psys, je n'ai rien à dire.

Pourquoi les gens que je trouve ici ,montre une telle dévotion à mon égard ? Je ne peux pas dire que j'ai été habitué à la gentillesse gratuite, j'ai toujours donné sans jamais recevoir, et espérer recevoir fait apparemment de moi un profiteur (merci madame la psychologue), et rares sont ceux à m'avoir donné sans espérer recevoir (parents compris). J'ai tellement fois été trahi par ceux en qui j'avais placé ma confiance et mes espoirs que je suis devenu un ours plus qu'un zèbre, ça reste un principe encore un peu étranger de recevoir comme ça, toute cette gentillesse, ça me...fait du bien mais je ne peux m’empêcher d'être méfiant, je suis vraiment torturé :novert:

Merci d'avoir pris le temps pour moi, à bientôt ^^

Shimauma 縞馬