Z-MEN

Se présenter ici, de quelques mots à quelques pages, votre fil vous appartient !
Règles du forum
La lecture des messages est accessible à tous.
En revanche, pour poster sur les forums, il faudra vous inscrire : choisir un identifiant ainsi qu'un mot de passe.
S'incrire sur les forums n'engage pas le GAPPESM et ne vous engage pas quant à votre adhésion future à l'association !
En cas de problème, ou si vous souhaitez des informations sur des fonctions avancées des forums, vous pouvez consulter la Foire Aux Questions (FAQ)

Modération des forums :
Que les posts soient publiés avec ou sans validation les forums du Gappesm sont modérés.
La suppression d'un post peut intervenir avec ou sans avis et explication lorsque le groupe de modération le juge nécessaire. Il en est de même de la radiation d'un membre par le bannissement son compte, adresse mail et adresse IP du forum.

Si vous avez lu le Règlement et la Charte, et que vous vous engagez à les respecter, alors vous pouvez poster sur le forum.
dede973
Messages : 22
Enregistré le : 19 févr. 2019, 16:53

Z-MEN

Messagepar dede973 » 18 mars 2019, 15:10

Bonjour à toutes et à tous !

Je m'appelle Daniel, j'ai 38 ans, et j'ai récemment découvert que j'étais surefficient mental. Je suis donc très content de pouvoir enfin avoir une étiquette, faire parti d'un groupe car je me sentais un peu seul au monde. A partir de là, j'espère rencontrer d'autres spécimens de mon espèce, partager des moments, des réflexions infinies et des bonnes barres de rigolade. Je suis passionné de voyages, notamment à moto, je cours, médite et lis des polars. J'ai exercé de nombreux métiers, informaticien, entrepreneur, professeur, joueur de poker, je suis actuellement cuisinier en Suisse (si vous êtes dans les coins, ce serait un plaisir de partager un moment).

Au plaisir d'échanger avec vous. Bises !
"L'homme souhaite un monde où le bien et le mal soient nettement discernables car est en lui le désir inné et indomptable, de juger avant de comprendre." Milan Kundera
Mentounasc
Messages : 212
Enregistré le : 04 janv. 2019, 15:17
Localisation : Environs de Monaco
Contact :

Re: Z-MEN

Messagepar Mentounasc » 21 mars 2019, 12:59

dede973 a écrit :Je suis donc très content de pouvoir enfin avoir une étiquette


D'abord, Bonjour et bienvenue Dédé.

Comme tu peux le constater, j'ai cité ta phrase (en la sortant de son contexte, j'en conviens…) parce qu'elle me bouscule un peu.

S'il est bon de savoir à quel groupe on appartient (c'est d'ailleurs la suite de ta phrase), se trouver "étiqueté", c'est pas forcément ce qu'il y a de mieux.
C'est d'ailleurs l'une des choses que du haut de mon âge canonique - 62 ans lol…- je reproche à notre société moderne : vouloir caractériser les gens en les mettant dans des "cases" ou leur collant une étiquette.

Bon, dit comme ça, c'est un peu grinçant, ça fait oublier le côté pratique de se savoir "doté" de telle ou telle caractéristique commune, mais il n'en demeure pas moins que malgré notre zébritude, nous sommes tous et avant tout des HUMAINS, avec nos différences à cultiver !

A priori, au vu de tes autres messages laissés ça et là sur les pages du gappesm, tu sembles à l'aise avec tes rayures, donc tant mieux, et puisses-tu trouver ici ce que tu peux éventuellement chercher, ou partager ce qui te semble intéressant de l'être.

Encore bienvenue !
Et à bientôt !

Zébresquement
Mentou
Nihil Nisi Silentium Timet !
dede973
Messages : 22
Enregistré le : 19 févr. 2019, 16:53

Re: Z-MEN

Messagepar dede973 » 22 mars 2019, 23:26

Bonjour Mentou et merci pour ta réponse.

Je comprends ton opinion mais je modèrerais cette affirmation "je reproche à notre société moderne : vouloir caractériser les gens en les mettant dans des "cases" ou leur collant une étiquette" en répondant que ça dépend du contexte et des étiquettes.
Je pense que l'homme a naturellement besoin de faire parti d'un groupe, même s'il y a des personnalités plus ou moins solitaires (je le suis). Peut-être parce qu'à l'origine, il ne pouvait pas survivre seul, l'homme est un animal qui évolue en groupe.

Pour le reste tu as vu juste, je suis bien dans mes baskets, j'ai appris à vivre avec ma différence et avec moi-même.
Je regrette qu'il n'y ait pas plus de publications sur le forum.

A bientôt Mentou :)
"L'homme souhaite un monde où le bien et le mal soient nettement discernables car est en lui le désir inné et indomptable, de juger avant de comprendre." Milan Kundera
turmeric
Messages : 100
Enregistré le : 26 mars 2019, 10:08

Re: Z-MEN

Messagepar turmeric » 27 mars 2019, 17:26

:ymapplause:

Alors, tu es comme un couteau suisse ? Non, je plaisante, y'a pas de ravins assez profond pour que j'y saute.

En fait, Mentouask souligne un truc fort de sens à propos des humains, mais je ne pense pas que tu y voyais ça. C'est un peu ... le syndrome du bienvenu ? Peu importe..

Et du coup, ça te fait quoi d'apprendre que tu es "spécial", parce que, d'une certaine manière, tu le savais déjà, non ? Je veux dire, et d'ailleurs comme dans tout système, comprendre allège un certain fardeau. Peut-on s'accorder soi-même l'acceptation ? Je ne parle pas vraiment de la reconnaissance, même si d'une certaine manière, les bonnes choses méritent bien une sorte de douceur. Mais ... disons que c'est un peu comme ce que j'ai appris récemment au sujet de la couleur bleue.

Le bleu existe depuis ... bah ne digressons pas plus. Chronologiquement, nous avons conçu les idées du blanc et du noir, manichéisme du jour et de la nuit. Puis vint le rouge, et aussi le jaune le vert ... mais pas le bleu. On peut constaté cela par les vestiges linguistiques qui associent le bleu et le vert à la même couleur. Ainsi, le ciel était entre le vert et le blanc. Et tardivement, à cause aussi et assez de la production de pigments ou teintures qui sont d'autres contraintes, nous avons "compris" comme "prendre avec" le bleu. Et, même si les temps ont voulu ça, notre évolution a eu le vent en poupe. Etait-ce par cette (re)considération du bleu, ou du moins, d'en discerner d'avantage ?

Est-ce que savoir qu'on est surefficient est comparable à la découverte d'une chose qui est portant devant nous depuis toujours, comme ce fut pour le bleu ? Ou bien d'autres choses.

Je ne pense pas que savoir être surefficient change véritablement l'avenir, mais ce qui est sûr, c'est qu'on l'interprètera différemment. Et c'est ce genre de liberté qui nous façonnent et nous différencient vraiment. Car pour le reste, nous restons les mêmes, à peu de choses près.

Mais alors, les 'autres', ceux qui ne sont pas surefficients, comment peuvent-ils évoluer ? Evoluent-ils ? Peut-on être humain sans comprendre ces choses ? On dirait une énigme sadique insolvable.

C'est pour ça que personnellement, je trouve inadéquate de catégoriser. Le problème, c'est qu'on 'doit' faire quelques erreurs pour avancer. C'est presque du machiavellisme, mais ça n'en est pas. Quoi qu'on fasse, il y aura des erreurs, il faut juste décider lesquelles on va accepter. Le MBTI pose les bases en émettant des classes. Peu importe, ça serait des osselets, ça serait pareil. Ce que j'en retiens, c'est qu'il y a plusieurs façons de les ranger. C'est un jeu, où la solution nous définit. Et je trouve ce concept pertinent car il permet de créer de nouvelles hypothèses, et donc de les vérifier.

Je pense que c'est nécessaire d'approfondir les différences qu'il y a entre tout le monde. Car à refuser de le faire parce que c'est ... nul ? ... on ne permet qu'aux tricheurs et malfaiteurs d'en profiter et de survivre. Or, la Science, comme une torche, nous éclaire. OK. Mais elle éclaire aussi ce qui est indésirable. La Science a une sorte de responsabilité. C'est un peu, ou c'est la même, qu'avait la Philosophie. Ces choses ont été créées par des humains, pour des humains mais contre qui ? Des humains, fichtr-tr-tre ! Impossible. Pourquoi donc ? C'est Milou qui me l'a dit ! :eureka:

A quoi cela nous sert ils d'etre des (super) humains si 'notre' but est devenir des machines transhumanistes version bêta ?

Pourquoi est-ce aussi dur, difficile, et compliqué d'être humain, et que nous en soyons tous là ? Je n'arrive pas à croire que c'est le mieux qu'on puisse faire. Devons-nous restés discret pendant que notre humanité disparait ? Se fait ... :scrogneugneu: ... ?

En fait, ça veut dire "welcome".

D'ailleurs, si je réponds aux messages récents ... il va y avoir du curcuma partout.

Je ne dois pas le faire :lala: :mdr: Je ne dois pas le faire :lala: (-| Je ne ... :hello:

:dehors:
dede973
Messages : 22
Enregistré le : 19 févr. 2019, 16:53

Re: Z-MEN

Messagepar dede973 » 01 avr. 2019, 16:52

Salut Turmeric !

Merci pour ta réponse... ou tes réponses. Ça part dans tous les sens mais je suis très mal placé pour t'en vouloir haha.

Pour vouloir catégoriser ? Parce que ça me permet de mieux comprendre les choses, ça ne m'empêche pas de garder des nuances, c'est rarement tout blanc ou tout noir.

Est-ce que j'en ai besoin ? Définitivement oui, j'ai besoin de comprendre, d'être sur, d'avoir le moins de doutes possibles, d'avancer sur le bon rail, d'éviter de tomber de trop haut (ça risque pas en Suisse quoique...) en cas d'erreurs, d'anticiper...
"L'homme souhaite un monde où le bien et le mal soient nettement discernables car est en lui le désir inné et indomptable, de juger avant de comprendre." Milan Kundera
turmeric
Messages : 100
Enregistré le : 26 mars 2019, 10:08

Re: Z-MEN

Messagepar turmeric » 02 avr. 2019, 17:13

:hello:

Oui, on peut catégoriser les choses pour mieux les concevoir. C'est le fait d'extérioriser cette catégorisation qui est litigieuse, illégitime, ou inadaptée. Mais lorsqu'on en discute, on a besoin de faire des raccourcis, sinon on mourait d'ennui, mais ça mène irrémédiablement à des zones d'ombres propices au débat ^^' (j'appelle ça le marsupilamisme)

Est-ce que j'en ai besoin ? Définitivement oui, j'ai besoin de comprendre, d'être sur, d'avoir le moins de doutes possibles, d'avancer sur le bon rail, d'éviter de tomber de trop haut (ça risque pas en Suisse quoique...) en cas d'erreurs, d'anticiper...


Malgré que je sois du même avis, j'ai envie de (te) poser une question absurde : comment ajouter du nouveau sans être original ?

Le besoin de comprendre, d'être sûr, d'avoir le moins de doutes possibles et d'avancer sur le bon rail pour éviter de tomber de trop haut en cas d'erreurs, ou d'anticiper ... est-ce que cela ne relativise pas ce que nous sommes sensés faire ou avoir fait pour ensuite quérir/partager ça aux autres ?

Est-il possible d'outrepasser tout ça, car on peut aussi s'adresser à soi avec cette même procédure ?

Je ne dis pas qu'on peut arriver au même résultat sans le faire, mais j'essaye de réfléchir aux contraintes et pourquoi elles sont là. Peut-on envisager de partager tout ça sans avoir fait tout ça au préalable ? On pourrait dire que non, mais ça dépend à qui on s'adresse.

En fait, ça me fait réfléchir sur l'histoire de l'archer et du geste parfait. Ce n'est pas important que la flèche atteigne le mille, car pour que ça se produise, il faut réaliser le geste parfait. Il existe plusieurs façons de l'exécuter, mais il reste unique : sans lui, on ne peut pas toucher le mille. Pourtant, je pourrais altérer cette perfection, en déplaçant la cible, en obstruant son chemin, etc. L'archer aura tout de même réaliser le tir parfait.

Qu'est ce qu'un tir parfait ? C'est une longue histoire, qui commence à un début où on a voulu essayé de réaliser quelque chose.

Qu'est ce qu'un geste parfait dans le cas que je cite ? C'est une sorte d'attirance ou d'attraction vers le réel : on veut coller au vrai, on ne veut pas coller au faux.

Or, dans un sens, même si j'extrapole un peu, coller au faux est une chose qu'on peut apprécier. L'originalité est ce concept de "coller au faux", parce qu'on entend alors que le "vrai" n'est qu'une sorte de dogme, d'imposture, d'ineptie, une superficialité. Mais dans le cas que tu cites, c'est diffcile d'y inclure cette idée de "faux", car ça devient absurde : on s'y prendrait autrement.

Mais c'est là où j'en arrive à l'excès.

Si j'outrepasse ce procédé d'acceptation et d'intégration. Si je postule que je te bouscule. Si j'auto-valide mon expérience, tel un tyran visionnaire, où se trouve véritablement la limite ou la part qui me fait défaut ?

La discipline est elle seule dans son domicile ?

Est-ce que outrepasser la discipline est le second acte de toute discipline ? Ou est-ce que la discipline nous apprend à outrepasser avec un verbe différent (et aussi un sujet qui y met du sien) ?

Dans ce cas, comment théoriser ? Etait-ce ce que tu suggérais ?

D'où ma question : comment ajouter du nouveau sans être original (ou être considéré avec raison comme tel) ?

:zebre2:

Birigarro
Messages : 58
Enregistré le : 02 mai 2018, 14:00

Re: Z-MEN

Messagepar Birigarro » 03 avr. 2019, 14:58

Mentounasc a écrit :
dede973 a écrit :Je suis donc très content de pouvoir enfin avoir une étiquette


D'abord, Bonjour et bienvenue Dédé.

Comme tu peux le constater, j'ai cité ta phrase (en la sortant de son contexte, j'en conviens…) parce qu'elle me bouscule un peu.

S'il est bon de savoir à quel groupe on appartient (c'est d'ailleurs la suite de ta phrase), se trouver "étiqueté", c'est pas forcément ce qu'il y a de mieux.
C'est d'ailleurs l'une des choses que du haut de mon âge canonique - 62 ans lol…- je reproche à notre société moderne : vouloir caractériser les gens en les mettant dans des "cases" ou leur collant une étiquette.

Bon, dit comme ça, c'est un peu grinçant, ça fait oublier le côté pratique de se savoir "doté" de telle ou telle caractéristique commune, mais il n'en demeure pas moins que malgré notre zébritude, nous sommes tous et avant tout des HUMAINS, avec nos différences à cultiver !

A priori, au vu de tes autres messages laissés ça et là sur les pages du gappesm, tu sembles à l'aise avec tes rayures, donc tant mieux, et puisses-tu trouver ici ce que tu peux éventuellement chercher, ou partager ce qui te semble intéressant de l'être.

Encore bienvenue !
Et à bientôt !

Zébresquement
Mentou


Désolé, j'ai tout cité, tout est bon et en même temps (me fais c... le "en même temps") tout est critiquable.

Le code barre mes amis, le code barre ... vous l'avez votre étiquette personnalisée mais semblable et en plus elle est à la couleur de l'endroit !

Rien ne vous empêche de garder votre code barre dans la doublure du vêtement ...
dede973
Messages : 22
Enregistré le : 19 févr. 2019, 16:53

Re: Z-MEN

Messagepar dede973 » 03 avr. 2019, 15:20

Je comprends votre scepticisme, pourquoi vouloir une étiquette ? Je me suis pas mal posé la question ces derniers jours et je pense avoir trouver la réponse : parce que je n'en ai aucune et n'en jamais eu (à part celle d'un gars suffisant et prétentieux).

Je ne suis pas proche de ma famille, en France je suis vu comme un chinois, au Vietnam comme un occidental, je n'ai jamais appartenu à un groupe.
"L'homme souhaite un monde où le bien et le mal soient nettement discernables car est en lui le désir inné et indomptable, de juger avant de comprendre." Milan Kundera
Birigarro
Messages : 58
Enregistré le : 02 mai 2018, 14:00

Re: Z-MEN

Messagepar Birigarro » 03 avr. 2019, 15:32

Ben justement,
Je ne suis pas septique !
Il n'est ici (étiquette) que problème de sémantique ! Quand je dis code barre , c'est une identification spécifique (toi). Sans le lecteur, ton étiquette ressemble aux autres et en plus elle est zèbrée. Le pied !

Et oui tu viens ici de trouver des gens qui aiment se faire chauffer les neurones, si c'est ton cas, bienvenue.

Appartenance, ressemblance, ça sonne peut-être mieux qu'étiquette ?

Sémantique je te dis ...
turmeric
Messages : 100
Enregistré le : 26 mars 2019, 10:08

Re: Z-MEN

Messagepar turmeric » 08 avr. 2019, 17:43

Désolé pour la longueur du précédent message qui n'a pas l'air d'intéresser. Pourtant, il est pertinent avec sa question "comment ajouter du nouveau sans être original".

En France, tu te sens pas intégré, et au Vietnam, tu te sens rejeté ? Pourquoi vouloir rejoindre ces groupes qui te méprisent alors ?

Je veux dire, il y a bien des gens au Vietnam qui ne sont pas superficiels avec toi, non ? Et de même, en France, tout le monde ne te considère pas comme un chinois, si ?

Tu voudrais que ça soit officiel ? Désolé, je ne dis pas ça aussi sarcastiquement que ça le parait, mais qu'attends-tu des gens ? Qu'ils soient meilleurs ? Qu'ils soient plus ouverts ? Qu'ils soient moins obtus ? D'ailleurs, les français (enfin en métropole) sont assez français, un parfum subtil de cynisme romantico-caustique. Mais bon ... la France est un genre de zèbre tricolore. Les gens intéressants sont toujours sous représentés, car statistiquement, c'est plus simple d'être inintéressant.

J'ai eu connu des choses comme ça. Etre accepté par des gens peu recommandables, m'intéresser à ceux qui m'ignorent. Ca semble contradictoire, mais c'est un vrai cheminement.

Souvent, on attend des autres ce qu'on fait pour eux, et le problème peut venir de ça. Mais est-ce légitime ? Pourquoi attendons-nous ça des autres ? Cela nous mène-t-il à une sorte de condescendance/prétention ingrate, malgré nous ?

Etre surefficient ajoute une notion de "chance" en nous. Comme le disait Birigarro je ne sais plus où, la chance c'est recevoir, et la malchance c'est subir. La surefficience est un don, on le reçoit. La part de malchance subie, ça c'est lié à notre humanité et celle des autres.

Tu as de la chance d'être doté de ce que tu as. Mais les autres n'en sont pas forcément tous dotés. Les considérer comme tes égaux n'est pas réaliste car tu attendras trop d'eux. Au contraire, c'est toi le chanceux, c'est toi le doté, donc c'est à toi de faire encore plus d'efforts. Or nous sommes tous humains, pas des surhommes. Ainsi donc, pour ne pas se tuer à la tâche, c'est important de reconsidérer les autres.

Les gens et le monde sont imparfaits. C'est ça la norme.

Les groupes, l'appartenance, ce sont des utopies pour moi. Le seul groupe qui compte, c'est d'être humain. Le reste, c'est des affinités.

Pourquoi ne pas te demander si "ne pas avoir d'étiquette" est une étiquette. Ou si "ne jamais avoir obtenu d'étiquette" est une étiquette. Mais, dans un sens, est-ce vrai ? Tu dis ensuite que les gens te considèrent mal. Donc tu as des étiquettes, mais elles ne te plaisent pas (elles y ont été placé pour te déplaire, donc c'est normal).

Je souligne ça pour y faire référence, je ne tiens pas ça comme le fond de mon propos.

La reconnaissance, l'acceptation, tout le monde en a besoin. Il y a ceux qui la veulent sans la mériter, il y a ceux qui la nécessitent pour ouvrir un sésame, d'autres l'ignorent par contradiction ou pour se faire reconnaitre autrement, etc, etc. Mais une telle chose ne peut pas exister, c'est trop en demander au monde. Et cela malgré que certains soient prédisposés à nous aider à y croire, ils font autant erreur que nous. Ces erreurs sont nécessaires, comme les pieds d'une chaise sont nécessaires. Mais pas les termites qui sont dedans.

La reconnaissance permet d'obtenir un appui, un support. Il n'y a que toi qui puisse te le donner, ou d'autres si tu as vraiment de la chance. Mais pour moi, nous sommes seuls. D'où ma précédente question, comment ajouter du nouveau sans être original ? Ou reformulée autrement : comment être reconnu lorsqu'on est seul ? Ou encore : comment être soi sans s'autoproclamer ?