La bienveillance

En lien avec le thème du forum, tout ce qui ne rentre pas dans les autres rubriques
Clairouche
Messages : 106
Enregistré le : 04 janv. 2017, 09:53
Contact :

La bienveillance

Messagepar Clairouche » 13 févr. 2017, 18:45

Un sureff est-il forcément bienveillant ? La bienveillance fait-elle partie de notre ADN ? peut-on être sureff et malveillant ? Peut-on ne pas être en empathie, être égocentré, narcissique si on est un sureff en grande souffrance ? Le faux-self peut-il masquer les mauvais côtés de la personnalité ?
Je me sens toujours plus proche des victimes que des bourreaux. Ma psy m'a dit un jour "s'il y a du malheur du terre, ce n'est pas de la faute de Claire !" Mais n'y puis-je rien ? Puis-je être heureuse avec tout ce malheur ?
A 51 ans, la réponse est peut-être, je me fais mon petit coin de bonheur, protégée, dans ma bulle, avec l'espoir d'en sortir un jour.
Mon mari n'est pas bienveillant, mais aimant, protecteur, quelque fois à la limite de l'étouffement. Je sais me protéger, je sais qu'il est capable de ne plus m'aimer du jour au lendemain si je le décevais. Moi, je suis sure que je ne pourrai pas arrêter de l'aimer, jamais.
Il est très intelligent, il apprend tout ce qu'il veut, il est très habile, mais n'a pas l'intelligence de la communication, il est incapable d'empathie. Pourtant, avec moi il apprend, je ne peux pas croire qu'il fait semblant. Je le laisse ouvrir les portes que je dessine, et il me suis...
Je suis comme une équilibriste, entre peur et bonheur, tristesse et amour. Je cherche de la chaleur, j'en donne et ça m'en renvoie. Je sens du vide autour de moi, et pourtant, je sens l'amour ... maladroit.
Les blessures ne guériront plus, c'est trop tard, mais elles sont enfouies, digérées, pardonnées.
Kaomini
Messages : 7
Enregistré le : 12 juil. 2017, 23:20

Re: La bienveillance

Messagepar Kaomini » 28 juil. 2017, 00:56

La bienveillance, j'en ai ressenti le besoin toute ma vie, cela va avec la justice, le respect, une part de moi qui se révolte souvent contre le reste du monde. J'ai mis des mots dessus quand je suis devenue maman, hors de question que je reproduise mon éducation sur mes enfants... j'ai lu Filliozat, une grande aide et j'ai pu me libérer des mimétismes habituels :) pas évident, mais tellement bon :)
Aider, porter secours, empathie démesurée (physiquement parfois ...) je connais, si c'est dans nos gênes surement ! comme la douance et guider avec bienveillance nos petits zèbres. L'autre jour nous en parlions avec mon mari, je lui disais que dans les discours de certains sur les groupes HP j'entrevoyais ne sorte de négativisme, du cynisme voir du dédain vis à vis de l'autre HP ou non, certains me choquent en se demandant si les non-hp "valent" vraiment quelque chose.... heurk, pouah, je suis tombée de haut, je pensais trouver des personnes à mon image mais non, pas de village bisounours en vue... Mon mari a pris l'exemple de Starwars et de la "force" :) bien accompagnés nous sommes des jedis, et à l'inverse, le coté sombre peut gagner :/ je ne sais pas si elle est en chaque HP cette bienveillance, dans moi c'est certain, j'ai du me battre pour la préserver...
Je n'ai pas la chance de connaître l'amour (pas encore !) ton mari a des caractéristiques tout à fait masculines, au niveau de la com, (la bienveillance en fait partie c'est une façon d'être et de communiquer) et la maladresse :)
comment ne pourrait-on plus aimer du jour au lendemain ? j'aime mes enfants par exemple, peut importe les événements je pense que c'est impossible de ne plus aimer ...
Clairouche
Messages : 106
Enregistré le : 04 janv. 2017, 09:53
Contact :

Re: La bienveillance

Messagepar Clairouche » 28 juil. 2017, 13:39

Ce message est ancien... Je ne l'avais pas relu. Le choc le plus important pour moi quand je me suis découverte zèbre, a été ma relation avec mon mari. Suis-je victime ou aidante ? Est-il PN ou HP ?
Il est un enfant maltraité qui se débat toujours dans son enfance et qui n'en est pas sorti. Très intelligent, mais abimé. Est-il capable d'amour s'il n'en a pas reçu ? Il en a reçu j'en suis sûre, dans sa toute petite enfance, par sa grand-mère et j'entrevoie un espoir d'amour.
Alors oui, je crois qu'il est capable de me jeter de sa vie du jour au lendemain.
Je vois de quoi tu parles quant au discours de certains, j'en ai été moi même choquée. Mais, tu l'admettras, ils sont minoritaires. Et quand on creuse, on trouve une grande souffrance.

J'aime tous ceux que j'ai aimé un jour, disparus de ma vie ou pas. Je ne cesse jamais d'aimer. Et si j'aime, je comprends et je pardonne. Mais nous ne sommes pas tous ainsi.
Je vois que tu te balades dans le site, tu fais bien.
A bientôt
Claire
Kaomini
Messages : 7
Enregistré le : 12 juil. 2017, 23:20

Re: La bienveillance

Messagepar Kaomini » 28 juil. 2017, 21:54

Oui Clairouche je me balade :) la bienveillance est mon moteur, j'ai été aimanté par ton sujet tout naturellement ;)
Et oui une grande souffrance émane de la noirceur, c'est ce que j'expliquais à mon 5 ans tout à l'heure, souvent les gens qui sont méchants le sont car ils manquent d'amour, ils n'ont pas reçu ni aperçu la gentillesse qui est du à tous ...
L'amour peut aussi faire peur... hormis mes enfants je crois ne jamais m'être laissée aller à me donner entièrement à une autre personne (y compris orgasme) trop de vulnérabilité, la peur de perdre l'autre... j'étais proche une fois, 2 jours plus tard il me quittait, la blessure est toujours là, mon coeur ne s'emballe plus lorsque je le vois mais depuis mon cœur est sec :/ parfois j'ai un sursaut, puis non, ce n'est jamais le moment ou autre excuses.... et puis j'ai (ou avais) un cœur d'artichaut, en amitié ou en amour je me donne à fond (comme pour tout finalement) et c'est rare que cela fonctionne, la personne en face de moi prend peur :( quand j'avais 20 ans j'ai eu une brève relation avec un "artiste" plus tard j'ai vu qu'il avait écrit une chanson sur cette relation, "trop d'amour, trop vite" cela m'a marqué, comment peut-on donner trop d'amour ? ni possessive ni jalouse ni je ne sais quoi qui aurait pu le faire se sentir harcelé, juste "trop" il était en souffrance aussi, il m'a dit merci et s'excusait (dans son texte) n'empêche que cela fait bizarre ...
Je parle beaucoup de moi e je m'en excuse, j'ai peur que l'on me voit comme égocentrique du coup alors que non ... en ce moment un peu mais c'est que je suis en pleine découverte, en pleine compréhension de moi, en écrivant je pose des mots, cela éclaircis un peu l'histoire de ma vie ;)
bibi
Messages : 3
Enregistré le : 18 août 2017, 16:33

Re: La bienveillance

Messagepar bibi » 25 août 2017, 16:56

Bonjour,

j'ai lu vos mails et ils m'ont touché.
C'est récemment que je me suis inscrite.
J'ai une histoire chaotique avec un père toujours absent et une mère très autoritaire.
J'ai une fille que j'élève seule et j'ai cette bienveillance mais je suis aujourd'hui épuisée d'avoir tout à porter.
Son père est parti car il me manipulait (il l'a reconnu récemment).
J'essaye de ne pas reproduire l'éducation de ma mère très directive: il "faut"...
Je n'ai pas appris à construire mon égo, car la compréhension de l'autre et la communication était le plus important.
J'ai une grande force d'écoute ...mais pas à moi même....
Je suis à bout de force d'avoir à me battre chaque jour pour me faire respecter, entendre: à la maison, au travail: trop de choses à gérer, à faire, j'ai l'impression de vivre un enfer.
Moi qui voyait le monde en bisounours, qu'il suffisait de communiquer clairement pour y arriver, je me suis fait bien blousée: je porte sans cesse, argent pour appart (malheureusement obligée), ménage, course, école, pédagogie, élever l'enfant, linge...
Le travail me bousille la tête: nous ne sommes finalement que des moutons enfermés dans un mécanisme de rendement et argent: que ça.
La personne en elle-même ils s'en fichent pas mal.
Je ne vois que des dysfonctionnements, de la manipulations...et avec tout cela il faudrait le prendre avec le sourire: :pleure:
En arrêt depuis pas mal de temps maintenant je tente de m'octroyer la bienveillance dont j'ai besoin mais je ne suis pas habituée à me faire plaisir et culpabilise car il y a toujours des obligations à remplir avant de se faire plaisir.
Avant j'apportais joie et rigolade car dans ma façon de voir les choses on peut travailler en toute intelligence et s'amuser en travaillant.
A première vue ce n'est pas le cas de tout le monde qui ne cesse de s'intéresser finalement à ce qui se passe chez les autres et .....ne se pose pas autant de questions finalement.
Je n'arrive pas à me résigner dans ce monde hypocrite et souvent malveillant, égoïste.
C'est finalement une guerre sourde :duel: et de compétition.

Que faire, car complétement découragée, déçus, blessée, je n'ai plus d'énergie pour continuer;

DSL de vous envoyer autant de tristesse mais vos points de vues m'intéressent
SandieCrush
Messages : 5
Enregistré le : 14 août 2017, 01:31

Re: La bienveillance

Messagepar SandieCrush » 30 août 2017, 07:48

hé ben !
j'espère que l'écrit t'a fait du bien pour commencer (c'est une bonne part pour avancer me semble t'il)
j'ai aimé te lire car cela m'apparait comme simple et surtout compréhensible.
proche d'autres expériences, vécus. Rassure toi.
Prends du recul, partage, prends soin de toi.
as tu lu le livre de C. Petitcolin (je pense trop puis je pense mieux) ? Il y a quelques recettes simples dedans.
un peu d'égo, d’estime de soi, de validation de ses réussites aussi modestes soient elles, un peu de sport, de nature, d'art.
ou en es tu ?
bonne rentrée
jmi
flint
Messages : 8
Enregistré le : 06 août 2017, 13:40
Localisation : Embrun, Hautes-Alpes

Re: La bienveillance

Messagepar flint » 17 sept. 2017, 15:58

Salut Clairouche,

Clairouche a écrit :Un sureff est-il forcément bienveillant ? La bienveillance fait-elle partie de notre ADN ? peut-on être sureff et malveillant ? Peut-on ne pas être en empathie, être égocentré, narcissique si on est un sureff en grande souffrance ? Le faux-self peut-il masquer les mauvais côtés de la personnalité ?


Je me pose ces mêmes questions très souvent !!!

A un moment de ma vie j'ai cru que tout acte de malveillance devrait pouvoir être expliqué par une souffrance... ou plutôt, j'avais envie de croire à cela je pense... aujourd'hui j'ai plus de doutes... mais j'essayer de ne pas trop y penser...

Clairouche a écrit :Je me sens toujours plus proche des victimes que des bourreaux. Ma psy m'a dit un jour "s'il y a du malheur du terre, ce n'est pas de la faute de Claire !" Mais n'y puis-je rien ? Puis-je être heureuse avec tout ce malheur ?


La aussi, je te rejoins entièrement... trop dur de s'abstraire de tout le malheur qui nous entoure... petit à petit j'ai réussi à ne plus me laisser blesser autant... je fais ce que je peux dans mon quotidien... les petits changements qui changent déjà le monde, peu à peu... apprendre à ne pas souffrir les souffrances des autres n'a pas été simple, mais je pense avoir réussi... sauf en ce qui concerne mon toutou Flint pour qui je me sens responsable et je me culpabilise toujours... rien à faire à ce sujet ;-)

Clairouche a écrit :A 51 ans, la réponse est peut-être, je me fais mon petit coin de bonheur, protégée, dans ma bulle, avec l'espoir d'en sortir un jour.
Mon mari n'est pas bienveillant, mais aimant, protecteur, quelque fois à la limite de l'étouffement. Je sais me protéger, je sais qu'il est capable de ne plus m'aimer du jour au lendemain si je le décevais. Moi, je suis sure que je ne pourrai pas arrêter de l'aimer, jamais.
Il est très intelligent, il apprend tout ce qu'il veut, il est très habile, mais n'a pas l'intelligence de la communication, il est incapable d'empathie. Pourtant, avec moi il apprend, je ne peux pas croire qu'il fait semblant. Je le laisse ouvrir les portes que je dessine, et il me suis...
Je suis comme une équilibriste, entre peur et bonheur, tristesse et amour. Je cherche de la chaleur, j'en donne et ça m'en renvoie. Je sens du vide autour de moi, et pourtant, je sens l'amour ... maladroit.
Les blessures ne guériront plus, c'est trop tard, mais elles sont enfouies, digérées, pardonnées.


Alors, tu te questionnes pas mal il me semble...

Je crois te comprendre, je me questionne toujours sur les gens autour de moi, et sur ceux qui je crois des amis, encore plus bien sûr... ou peut-être pas assez parfois... j'ai "perdu" des amis au milieu de tous ces questionnements, mais en effet, je me suis rendue compte que la raison était toujours liée à mon sentiment de manque d'honnêteté ou franchise de leur part... j'ai beaucoup de mal avec les "non dits" dans mes rapports plus intimes.

Bref, la ou je veux arriver est au fait que le problème à toujours été le suivant: mes besoins n'étaient pas remplis, et la balance des émotions me disait que la relation m'apportait plus de mal que de bon!

Au fils du temps je me suis donc dit que ce n'est peut-être pas la penne d'essayer à tout prix de mettre une sorte "d'étiquette" sur les gens, ou même de réussir à les comprendre... trop difficile pour un sureff, je suis au courant ;-)

Mais même, je pense que qu'il faut réussir à accepter ce qui est devant nous, sans essayer de tout comprendre, et juste laissant être ce qui est! La balance émotionnelle sonnera l'alarme à l'approche des limites de chacun... si cela arrive, il faut être à l'écoute et essayer de se respecter soi-même en premier! En tout logique, s'éloigner de qui nous fait du mal n'est qu'un pas en avant pour être bien!

Par contre, si c'est juste le manque de réponse à notre curiosité ce qui pose problème, alors tout va bien j'espère...!

Je suis bien consciente que la peur de "perdre" quelqu'un est difficile a supporter, mais j'ai tendance à penser que si jamais "le quelqu'un" devait s'en aller (quelque soit la raison), ce serait qu'un événement de la vie dont personne ne peut contrôler... je me demande si cela changerait quelque chose de le savoir PN ou HP auparavant...? éventuellement le comportement envers lui...? Il me semble que si nous restons toujours honnêtes, franches, et vrais, il ne devrait pas avoir besoin de changer de comportement vis-à-vi du "statut" de la personne... je parle des rapports de couple, famille ou amis, des rapports intimes en quelque sorte...

Mais je crois comprendre quand-même ta peur Clairouche, car j'ai moi-même plus d'un exemple de manque d'honnêteté de la part de quelqu'un que je croyais être un vrai ami, sans que je me rends compte pendant long temps... le fait est que les bons souvenirs sont quand-même restés, même si je ne pouvais plus voir ses personnes comme des amis... la même chose avec un compagnon...

En effet, presque inconsciemment j'ai toujours agis comme ceci: je fais confiance d'abord, j'essaye d'éviter les doutes et je profite de la relation sans méfiances au présent, le temps que je peux... si quelque chose me dérange j'essaye de comprendre d'ou ça vient, de confronter la personne clairement, sans pré-conçus ou non-dits. Á un moment donnée, soit la vérité viens au dessus, soit je suis "contente" avec la situation telle quel est, et ma balance émotionnelle est positive donc j'évite de me prendre trop la tête. Au moins, tous les moments passés auront de la valeur... la peur n'aura pas lieu d'être, et les émotions ressenties seront vrais et resteront enregistrés dans la mémoire du corps...

Bien sûr que les jours ou je me suis rendue compte des mensonges, ou des comportements purement intéressés, j'ai traversé des difficiles périodes de questionnements, ou j'essayais de trouver des excuses pour ces comportements, ou de parler franchement sur les choses... J'ai beaucoup souffert pendant ces temps la, me demandant ce que j'aurait pu faire différemment, si c'étais moi qui l'avais déclenché ces comportements par mes actions, etc... mais non, certaines personnes n'arrivent pas à être vrais, n'arrivent pas à assumer ses erreurs, se font des histoires dans leur tête et raccontent n'importe quoi... d'autres mentent par besoin, ou pure malveillance, ou profit... je n'ai pas eu de réponse vraie à mes demandes, et j'ai juste était "abandonné" d'un jour à l'autre du fait d'avoir posé la "mauvaise question" qui leur aura apparament mis "à porte-à-feux"... parfois on ne m'a même pas laissé la possibilité de poser la question, on a décidé de m'ignorer en faisant semblant... alors je me suis finalement dit: c'est plutôt bien que ce soit arrivé car le plus le temps aurait passé, le plus ça m'aurait blessé... et cela arriverait forcément un jour! J'ai quand-même essayé la reprise de contact plusieurs fois... sans succès... je les aimais bien, et je les aime toujours, mais ils ne m'aiment pas apparemment, que peux-je faire...

Je te dits alors, si tu sens de l'amour, même si maladroit, si tu sens que la chaleur t'est renvoyée, profites en de tout cela le temps que tu peux car c'est très précieux, mais tout en restant toi-même... si tu sens aussi le vide autour de toi, il faudra essayer de comprendre de quoi il s'agit, je pense... pour essayer de le combler...

Bon, ça fait plaisir de se poser,lire, réfléchir un peu, écrire ses pensées, même si pas trop positives... même si pas en rapport avec le sujet... j'ai tendance à divaguer, desolé...

Mais ça suffi maintenant car le message est trop long déjà... puis je ne me comprends plus trop moi-même... desolé encore pour quoi que se soit qui aurait pu déranger quelqu'un... Même le fait d'être désolée tout le temps ;-)

Amicalement
Rita

:lh:
bibi
Messages : 3
Enregistré le : 18 août 2017, 16:33

Re: La bienveillance

Messagepar bibi » 20 oct. 2017, 14:40

SandieCrush a écrit :hé ben !
j'espère que l'écrit t'a fait du bien pour commencer (c'est une bonne part pour avancer me semble t'il)
j'ai aimé te lire car cela m'apparait comme simple et surtout compréhensible.
proche d'autres expériences, vécus. Rassure toi.
Prends du recul, partage, prends soin de toi.
as tu lu le livre de C. Petitcolin (je pense trop puis je pense mieux) ? Il y a quelques recettes simples dedans.
un peu d'égo, d’estime de soi, de validation de ses réussites aussi modestes soient elles, un peu de sport, de nature, d'art.
ou en es tu ?
bonne rentrée
jmi


Bonjour SandieCrush,
merci pour ton message. Oui j'ai le volume 2 de C. Petitcolin mais je n'ai pas encore tout lu :foryou:
ttoine
Messages : 16
Enregistré le : 19 oct. 2017, 00:25

Re: La bienveillance

Messagepar ttoine » 24 oct. 2017, 02:33

Lire "je pense trop" m'a permis au moins d'accepter que certaines personnes n'ont aucun scrupule à être juste bêtes et méchants tant que ça sert leurs intérêts, ou leur façon de voir les choses. Et ça m'a permis aussi de comprendre pourquoi je peux tant souffrir de la façon dont les gens m'exploitent bien malgré moi.

L'exemple de Star Wars et de la Force me parle. J'avais aussi en tête le monde de Harry Potter, avec les magiciens noirs qui sont de vrais méchants vis à vis des autres mages et des moldus. Et je peux tout à fait imaginer qu'un "haut potentiel" ou "surefficient" puissent être malveillant à l'égard des "normo-pensants", ou des autres "surefficients", s'ils ont eu à souffrir de manipulation ou de rejet. Cependant, comme pour Dark Vador ou Rogue, il y a certainement toujours en eux de la bienveillance. Ils l'ont juste caché pour se protéger. Je le ressens parfois, en moi, ce besoin d'arrêter d'être bienveillant, pour être plus fort, mieux m'intégrer, et ne pas me laisser faire. Mais faire le bien est trop important ;-)

Des bienveillants pas "surefficients", j'en connais quelques un, et progressivement, je tâche de trouver le courage de me fâcher avec ceux que je connais qui ne le sont pas. Et je ne cherche plus qu'à avoir autour de moi que des gens bienveillants et ouverts d'esprits, qui ne jugent pas, ne manipulent pas, écoutent et discutent. Peut-être que, d'une certaine façon, j'essaie de me construire un monde de bisounours autour de moi. J'en ai besoin, et je crois que je vais tout faire pour y arriver. J'ai d'ailleurs réalisé récemment que j'ai de la chance d'avoir depuis 10 ans une compagne qui ne me manipule pas, qui m'aime comme je suis sans pour autant me comprendre, tout en profitant à sa manière de ma bienveillance à son égard.

Il me reste à retrouver du travail, dans un cadre bienveillant également. J'ai pas encore trouvé vers quoi me tourner, comme beaucoup de gens sur ce forum dont j'ai lu les messages, j'ai essayé plein de choses sans vraiment m'y retrouver.

Etre bienveillant, c'est bien sûr être là quand les autres en ont besoin. Que ce soit pour écouter, réparer, aider, ... Et souvent, sans pour autant avoir un merci en retour, ce qui n'est pas toujours facile à gérer. Je ne saurais dire combien de fois ça m'est arrivé. Mais depuis quelque temps, j'ai trouvé comment ressentir du réconfort dans le simple fait d'avoir réussi à aider. Et du coup, même si je n'ai pas de "remerciement", j'arrive à en tirer de la satisfaction. (le top serait que j'arrive à monétiser ça d'une manière ou d'une autre...)

Clairouche, je te souhaite de rester bienveillante. Et de trouver comment l'être sans que ça ne plombe le moral.
Clairouche
Messages : 106
Enregistré le : 04 janv. 2017, 09:53
Contact :

Re: La bienveillance

Messagepar Clairouche » 13 oct. 2020, 14:17

Je reviens sur ce forum après très longtemps.
Ma bienveillance est devenue une force phénoménale. Je l'applique même à moi-même.
Par l'écoute et le dialogue, j'apporte de l'aide autour de moi. Je diffuse la bienveillance et je reçois en retour une richesse infinie. C'est devenue une façon d'être. Je ne me sens plus agressée car j'écoute, j'entends ce que l'autre me dit. Il me parle de lui. Sans excuser ni minimiser les propos blessants, je ne les prends pas dans la face. Du coup, l'agresseur est désarçonné et cesse l'attaque...
Je suis enfin en accord avec moi-même, je sais qui je suis, je sais ce qui me plait, ma vie me plait... Est-ce le privilège de l'âge ? C'est fort possible !
Il n'y a pas de point d'arrivée, le chemin est le but. La joie d'être dans l'instant, dans le présent, en vie simplement.
Je vous souhaite la bienveillance pour vous-même, le reste en découlera de lui-même.