Fatigue

Parce que la surefficience peut entraîner des difficultés, des souffrances, témoignages du passé ou crise actuelle, parlons en.
Friedensreich
Messages : 87
Enregistré le : 28 nov. 2018, 00:57

Re: Fatigue

Messagepar Friedensreich » 27 déc. 2018, 18:52

Bon, je suis pas reviendu ici car la fatigue, chez moi, est un vaste champ d'expérimentations qui nécessite beaucoup de temps pour en tirer des nouveaux éléments éventuels.
(Forcément, quand on est fatigué, on est un peu lent, et même x2, puisqu'il faut se remettre de ses expérimentations...)

J'avais essayé de te répondre Biri', et de fil en aiguille ça m'a amené vers un horizon, que j'avais déjà vu, forcément, mais par lequel je suis repassé peut-être plus en profondeur. L'horizon de clarifier son esprit, de faire des choix, de ne pas se laisser happer, de savoir mettre de côté, de prioriser meilleur.
C'est toujours un horizon en tâche de fond, et heureusement vu les choses importantes, que dis-je, fondamentales ! dont il est question. Bon, en même temps, un horizon, ça sert aussi à ça : être en tâche de fond :D
Bon, comme quoi, je suis pas si désorganisé que j'en ai l'air :p
En plus, c'est vrai. C'est ce que je pense.
Tout c'qui est en bordel est en bordel, tout ce qui est fixe ou rangé est fixe ou rangé. Du coup, oui, y'a pas mal de choses en bordel, mais y'en a aussi qui sont bien là et rangées autant que possible en fonction du reste.
Je me fais sourire tout seul. Mais que demande le peuple ? :p

Donc, Biri', ton rapport à la fatigue paraît simple et intuitif pour toi, et c'est super et même inspirant :)
Tu l'as beaucoup résumé et j'ai eu du mal à savoir par quel bout le prendre pour m'y positionner et donc te répondre.

Déjà, l'envie de dormir est une forme de fatigue, qui me paraît faire partie de celles qui sont "saines/naturelles", à moins qu'on soit narcoleptique, forcément, même si à mon avis c'est parfois (souvent ?) une forme de naturel puisque, parfois, c'est une réaction à des choses de la vie, réaction devant être prise en compte pour avancer.
Donc, ici, c'est la fatigue au sens large, je n'ai encore rien précisé, car je pense que toutes les problématiques liées à la fatigue peuvent s'entrecroiser à l'infini. Je n'ai pas vu donc de raison ni d'intérêt de figer les limites du post. Juste, le thème de base, c'est la fatigue.
Ce n'est pas mon post, c'est un post sur la fatigue où je m'exprime sur mes difficultés avec celle-ci, et où n'importe qui peut faire de même et se répondre en fonction de ce qu'on peut comprendre de ce que les autres racontent :D
Est-ce que c'est clarifié, du coup ? :D

Donc, je répète pour les besoins de la suite : pour moi, l'envie de dormir est une forme de fatigue.
J'ai une hiérarchisation des notions assez complète et efficace, où les gens ont du mal, pourtant, à se retrouver alors qu'à mon sens, ça simplifie et flexibilise la compréhension et la comm'. J'aimerais bien vous demander ce que vous en pensez, d'ailleurs, mais je ne veux pas vous importuner car ça risque de n'intéresser que moi : /
Donc, FATIGUE englobe tout ce qui peut être considéré par n'importe qui comme un état inverse à ÊTRE EN FORME, en gros.
Donc, envie de dormir est une forme de fatigue.
Fatigue n'est pas forcément péjoratif, si c'est ça que tu me demandais.
Fatigue est fatigue. Fatigue est pas toujours simple à gérer. Fatigue, parfois, on le dit péjorativement parce qu'on ne la saisit pas ou qu'on la nie. Mais fatigue est là et sans elle, rien ne fonctionnerait et même le bonheur n'existerait probablement pas.
Donc fatigue faut vivre avec, donc fatigue, on en parle, la pauvre rejetée de tout car il faut toujours +, + vite et + loin.
Mais fatigue est là et fatigue geint, et fatigue nous fatigue, du coup. Bah oui, puisqu'elle s'exprime, elle. Tandis que nous, non, et qu'on est pris en sandwich entre elle et le reste du monde.
Harmonisons tout ça et parlons-en, clarifions. Autant qu'il puisse nous être possible de le faire...... ce qui n'est pas une mince affaire, bien sûr. Enfin, peut-être que pour certains, oui ? Ca serait fabuleux s'ils pouvaient s'exprimer ici, eux aussi. M'enfin, ils doivent être rares, quand même, ceux pour qui la fatigue est un long fleuve tranquille simple et intuitif pour eux ainsi que chez les autres.

Alors, pour étayer qu'envie de dormir peut être une fatigue péjorative (selon ce que j'ai compris de ta déf' de "fatigue", Biri') : on peut avoir des envies de dormir à tout moment, notamment à ceux qui sont inopportuns. Par exemple, ça m'arrive.
Par exemple, le soir, parfois, je pète la forme, et la journée, j'ai de sacrés coups de pompe où, parfois, mon lit m'appelle.
Et ce, que je dorme bien, mal, peu, beaucoup, normalement. C'est évidemment une forme de peur/refus des choses à faire/de la journée.
Donc, envie de dormir n'est pas forcément aussi simple qu'elle en a l'air.
Après, effectivement, il y a la fatigue physique. Mais même là, il y en a beaucoup. Et il y a la fatigue intellectuelle. Et là, il y en a peut-être moins. Par contre, des fatigues mentales/psychologiques, il y en a des tonnes. Sachant que, pour moi, la fatigue intellectuelle est une SORTE de fatigue mentale. Il ne faut pas tout confondre, bien sûr.
Et parfois, on est fatigué physiquement à cause du mental. Tu as l'air de ne pas avoir ce genre de problèmes, Biri', et c'est super que des gens soient épargnés par ce genre de mélis-mélos (tiens, je viens d'apprendre le pluriel de ce mot !)... sinon, où irions-nous, et comment pourrions-nous nous rappeler de ce que c'est qu'un fonctionnement équilibré ?
Donc, bien évidemment, c'est bien de distinguer tout ça, mais quand ça s'entremêle, c'est là où ça se corse et que, je pense, c'est vraiment pas de trop que d'en parler pour essayer de clarifier.
Alors, la fatigue des autres. En fait, je ne pense pas que la fatigue des autres "n'est qu'un agacement". L'agacement PROVOQUE ENSUITE la fatigue. Nous ne serions pas agacés, nous ne serions pas fatigués. Bien sûr, la rapidité avec laquelle ça se produit dans nos esprits est fulgurante, alors on a l'impression que les deux sont un. Mais parfois, on est agacé et pas pour autant fatigué. De même, je te l'accorde, parfois, on est fatigué des autres et on n'a pas pour autant l'impression d'être agacé, alors qu'on l'était, au départ de la fatigue.
Mais je pense aussi que parfois, on peut être fatigué par les autres sans pour autant être agacé. Ou peut-être qu'il y a toujours une forme d'agacement aussi ténue soit-elle, mais il y a d'autres choses, aussi. Il y a la tristesse, notamment. Bon, j'avoue que je ne vois pas grand-chose d'autre. La colère ? Bien évidemment, mais ça ne sert peut-être pas à grand-chose d'en parler. La jalousie ? Ce doit être anecdotique pour les gens d'ici, et pas sûr que la jalousie fatigue, bien au contraire.
Oui, hormis la tristesse et l'agacement, je ne vois pas autre chose... en même temps, je me sens un peu bridé à l'instant, donc il se peut que je loupe des émotions.
La stimulation de l'intellect, on en parlait pour la fatigue que procure le manque, et j'en parlais aussi pour la fatigue que peut procurer la surstimulation ;) oui oui, tu as bien lu, donc :p
C'est une vaste parlade sur un vaste sujet qui offre des tonnes de chemins à explorer :D
Je suis d'accord que c'est compliqué de s'y retrouver, du coup. Mais c'est un peu ma méthode : d'abord on pose à plat le bordel, et après on voit ce qu'on en fait.
C'est peut-être pas une méthode super méthodique, je vous l'accorde, mais à l'heure actuelle, en trouver une autre serait un peu trop anxiogène et bridant pour moi.

Alors, le plaisir... justement, où se place-t-il par rapport à la fatigue ? Dans quelle mesure et de quelle nature doit-il être ? Sachant qu'il y a des plaisirs sains et malsains, à mon sens, et qui peuvent, en plus, transformer leur effet juste en fonction de la quantité, alors qu'à la base la chose était saine ou malsaine.
C'est pas simple, le plaisir.
Le plaisir de se sentir être, tu dis. Oui. Mais, vois-tu, j'ai tellement de sensations, que je ne sais pas dans laquelle il faut que je me laisse aller. De même, parfois, ça m'est tout simplement inaccessible tout seul. Il faut remplir des conditions avant de pouvoir prendre ce plaisir. Parfois, on doit manger, boire, ou faire des choses que l'on doit faire. Sauf que quand on doit faire ça et qu'on est épuisé, c'est le chien qui se mord la queue.

Donc, il y a des plaisirs régénérant, et d'autres vidant, aussi. C'est pas évident.

Tu écris, le plaisir de sentir son corps et de se mettre en stand-by. Oui. Mais si on a justement, comme c'est écrit + haut, besoin d'être stimulé à ce moment-là ?
Comment discerner ?

Oui, le plaisir d'être soi, quoi qu'il arrive, est important et régénérant. C'est important d'être content d'être soi, même si on n'est pas encore ce qu'on souhaite être. Le fait même d'être sur le chemin ou dans la volonté, et d'en être content, c'est régénérant.

Eh bien, au final, tu y es retourné, mais tu n'es pas revenu, haha !

Eh oui, c'est pas facile, comme sujet...
Mlu
Messages : 42
Enregistré le : 05 nov. 2016, 00:58

Re: Fatigue

Messagepar Mlu » 27 déc. 2018, 20:17

Je suis toujours aussi fan de tes développements, Friedensreich!
«  Il faut se connaître soi-même : quand cela ne servirait pas à trouver le vrai, cela au moins sert à régler sa vie, et il n'y a rien de plus juste. » – Pascal
Friedensreich
Messages : 87
Enregistré le : 28 nov. 2018, 00:57

Re: Fatigue

Messagepar Friedensreich » 27 déc. 2018, 23:12

Et je te remercie encore beaucoup pour tes démonstrations d'appréciation qui me font toujours autant chaud au coeur, MIu ! :)
Kristelle
Messages : 51
Enregistré le : 17 nov. 2017, 21:10
Localisation : IDF

Re: Fatigue

Messagepar Kristelle » 30 déc. 2018, 21:06

...Et au fait...j'avoue que je n'ai pas eu le courage de tout relire, principalement par manque de temps,mais...étonnamment vous n'accordez pas énormément de place à l'ennui... L'ennui est un souci qui guète facilement les HP car ils ont un besoin vital de nourrir leur cerveau...par l'apprentissage de nouveaux savoirs ou savoir-faire, ou alors en créant (création artistique jusqu'à etre créatif dans les idées, par la réflexion)...ou encore par manque d'échanges suffisamment riches avec d'autres personnes...cet ennui là peut générer une forme de dépression sous-jacente, larvée, qui justement se traduit par une sensation de fatigue...de manque de motivation, d' à-quoi-bonnisme (par exemple: à quoi bon aller vers les autres puisque de toutes façons leurs discussions ne seront pas à la hauteur de mes attentes, etc....). Que pensez-vous de cette forme de fatigue-là et comment la contrer?
Moi je dirais que pour la contrer il faut entretenir sa curiosité et rechercher de nouveaux centres d'intérêts(naturel souvent chez le zèbre ), il faut assouvir son besoin de creativité sous quelque forme que ce soit (artistique:dessin, écriture ,musique....ou autre:philosophie, créer un projet pu meme une entreprise, fabriquer quelque chose de ses mains,programmer une appli...), ou encore aller chercher des gens "à la hauteur" c'est à dire avec les mêmes attentes et le meme besoin d'échanges (au hasard, d'autres zebres?).
Il me semble que ce point a été évoqué au début du fil, pour ma part la fatigue liée à l'ennui est un symptôme à ne pas négliger et à "traiter" sans tarder chez un(e) HP. Encore faut-il décoder pour savoir que cette fatigue-ci prend sa source dans une forme d'ennui et donc' d'insatisfaction des besoins.
Friedensreich
Messages : 87
Enregistré le : 28 nov. 2018, 00:57

Re: Fatigue

Messagepar Friedensreich » 31 déc. 2018, 01:40

Tout à fait Kristelle ! J'avais pas vu ton message.
En fait, on en parlait, dans cet assouvissement intellectuel, et justement je répondais que, peut-être, j'en avais besoin. Que j'en manquais.
Ca rejoint un peu une problématique plus générale d'ennui, justement.
Peut-être que je m'ennuie énormément. Mais, malheureusement, il n'y a pas que ça, dans mon cas.
Parfois, on approfondit des sujets, par une sorte de boulimie mentale malsaine et peu productive, qui cache peut-être un besoin de combler un vide.... vide peut-être nécessaire...
Je suis dans des questionnements assez déstabilisants, en ce moment, qui englobent la problématique de l'ennui.
Je ne sais pas comment me positionner par rapport à l'ennui, le vide, le fait d'être en activité, le fait de chercher des solutions, ou pas.

Mais, quoi qu'il arrive, je pense que tu as raison : l'ennui est dangereux. Faut-il le déterminer, et savoir le scinder d'une "vraie" dépression plus profonde.
K211098
Messages : 4
Enregistré le : 20 août 2018, 15:46
Localisation : Grenoble

Re: Fatigue

Messagepar K211098 » 02 janv. 2019, 00:15

Bonjour,
Difficile de se remotiver surtout quand on est seul comme dans cas.
Pas de travail. Difficultés diverses avec une vie affective et amoureuse plus que délicate.
Perpétuelle remise en question et se sentant jamais compris.
L’ennui tue. Aujourd’hui j’en suis à un point de me demander pourquoi continuer à vivre...
Bonne soirée.
Y a pas de mal à se faire du bien.
—————
Désolé pour toutes les fautes d’orthographe. Même avec un correcteur cela ne reste pas ma tasse de thé.
Kristelle
Messages : 51
Enregistré le : 17 nov. 2017, 21:10
Localisation : IDF

Re: Fatigue

Messagepar Kristelle » 02 janv. 2019, 09:28

Je pense maintenant qu'en tant que HP il ne faut pas sous-estimer cet ennui vague et diffus, qui est lié au manque de sollicitation mentale, à la fois pour combler notre besoin de nouveauté, de satisfaire notre curiosité sur plein de sujets, apprendre, et aussi d'échanger et de partager... Avec le web et les réseaux sociaux si on n'a pas les gens et les activités à portée de main, on peut quand même éviter de trop s'isoler dans cet ennui et cette forme de solitude...alors c'est chronophage car souvent il faut chercher, meme sur les réseaux, on va tomber sur 10 pages FB sans intérêts, avant de trouver une ou deux remarques en ligne, ou un lien intéressant, vers un blog, un forum...parfois j'ai l'impression que le rendement recherche de ressources/contacts intéressants sur le web est 'tres faible...ben c'est pas faux mais à la longue c'est pourtant payant...donc en faire un petit peu régulièrement...pour prendre soin de soi, prendre en compte nos besoins typiquement HP-iens (pas toujours differents de ceux des "normo-pensants" mais au minimum encore plus essentiels pour nous hypersensibles)...et aussi éviter que cette déprime diffuse puisse le cas échéant (bien sûr, ce ne sera pas du tout systématique et heureusement!) amener à une "vraie" dépression, en tout cas à quelque chose de plus profond dont il sera plus long de se sortir.
Au passage, une petite idée supplémentaire liée à mon expérience: très, très longtemps n'ayant pu compter que sur moi-même pour surmonter les épreuves de la vie, et ayant développé des ressources pour y parvenir (le HP est résilient,et plus fort et avec plus de ressources qu'il ne le pense parfois), je ne me suis jamais reposée sur les autres...si, quand même certains proches, au moins pour m'épancher. Maintenant, quand je vois à quel point les HP notamment (mais pas seulement, inutile de tomber dans l'entre-soi non plus) peuvent me soutenir par leur bienveillance, sans jugement, et aussi par une analyse fine, avisée, attentive des situations qui m'aide à y voir plus claire et à remonter la pente ou meme juste avancer, encore plus vite...je me dis que c'est une chance de pouvoir s'appuyer là-dessus, et qu'il ne fait pas s'en priver(d'autant qu'ils le font volontiers)...pour bien sûr rendre la pareille à la première occasion...et dès qu' a priori il y a une demande où un besoin (attention sans s'imposer non plus façon "syndrome du sauveur"...si l'autre ne le souhaite pas réellement).
Bon, mais là on est parti un peu au-delà du simple theme de l'ennui...et encore plus du theme de départ qui était "la fatigue"...quoique...en trouvant sa "mission de vie" ou juste une activité qui nous correspond...comme par magie disparaissent ennui comme fatigue en général!
En tout cas faut prendre soin de soi par rapport à tout ça...sans etre forcement des signes "inquiétants", ils ne sont pas anodins non plus. Savoir s'écouter suffisamment (et sans excès) pour rester "fonctionnel(le)".
Friedensreich
Messages : 87
Enregistré le : 28 nov. 2018, 00:57

Re: Fatigue

Messagepar Friedensreich » 02 janv. 2019, 23:49

Oui K211098, j'ai écrit sur "le droit à notre sauvegarde" un peu plus haut.
D'abord, il faut se sauvegarder. Ensuite, il faut se construire, ou se reconstruire.
Et dans le tas, il ne faut jamais lâcher notre volonté de nous en sortir.
Il faut se reposer, si l'on a des pressions, internes ou externes.
Il faut aussi se stimuler, quand c'est le bon moment.
Parfois, la remise en question, il faut la laisser de côté le temps de refaire le plein.
Rien n'empêchera d'y revenir.
J'espère que tu vas y arriver :)

Oui Kristelle, la recherche, et le partage. Deux points très importants.
Il faut oser chercher, il faut oser partager. Bien sûr, il faut cadrer en fonction de nos spécificités, nos limites, nos besoins et nos risques.
Il y a quelque chose qu'on m'a refait partager il y a peu : il faut faire ce qu'on aimait quand on était gosse.
Le pire, c'est que je le savais, mais je sais pas comment l'appliquer dans mon cas. Disons que mes hobbies n'étaient pas du genre "faire de la danse" ou "aller pêcher", alors c'est un peu difficile... :D
Donc, cette personne, par hasard, m'a rappelé cela, et j'ai noté que ça semblait être un point peu approfondi chez moi.
Quelques jours plus tard, m'est arrivé une, voire deux expériences qui m'ont rappelé ce que j'aimais... et ce que j'aime, en fait.
Je suis quelqu'un qui a un très gros besoin de Partage, depuis toujours.
Ca peut être très compliqué de discerner cela, quand on a des troubles relationnels et interpersonnels qui vont autour.

Quand on a que du vent, de la négation, de la méfiance, lorsqu'on veut Partager, parfois maladroitement... un beau jour, on occulte notre besoin.

On chemine, on chemine...

Ah, la fatigue...
Corine
Messages : 52
Enregistré le : 28 juil. 2016, 00:22

Re: Fatigue

Messagepar Corine » 05 janv. 2019, 12:30

Bonjour à tous :),
que la santé, l'amitié et l'amour vous accompagne en cette nouvelle année.

Ah la fatigue, vaste sujet ...

J'aimerai pouvoir accéder plus souvent à la bonne, la saine fatigue, plutôt que d'être épuisée et de me traîner.
Certes, j'ai des problèmes de santé conséquents et il faudrait que je donne encore plus pour aller mieux, même si j'ai mal et quelque part développer une certaine part de masochisme ... qui me fait freiner des 4 sabots. :D Mais pour aller mieux, il va falloir que j'en passe par là.
Quand j'y accède, la natation me procure défoulement et bien-être, encore faut-il que j'arrive à trouver des plages horaires où il n'y a pas trop de monde, pas de gamins qui déboulent de nulle part en piaillant ....., ça résonne et c'est proprement infernal. Sans compter, l'odeur du chlore.
Plus je vieillis et moins je supporte l'agitation visuelle et sonore, les agressions olfactives ... ça me fatigue terriblement.

Pour faciliter l'endormissement et le sommeil, je vais privilégier l'huile essentielle de lavande, dans un premier temps, peut-être en diffuseur parce que les gouttes, à même l'oreiller, s'évaporent trop rapidement. Le sniff sur un stick d'inhalation (1 € chez Gifi, à côté des H.E de Maurice Mésségué), c'est pas mal aussi.
Parce que c'est épuisant, de ne pas arriver à débrancher, même la nuit, je fais des sauts de carpe, mon lit est un vrai champ de bataille et donc je me réveille rarement reposée ... sauf quand je suis (trop rarement, parce qu'elle habite loin) chez ma meilleure amie. A ce moment-là, c'est du pur bonheur, aucunes contraintes, on ne partage que du bon : confidences, bonnes bouffes, expos diverses, balades ..., qui plus est, je suis chouchoutée par ma merveilleuse normo-pensante (d'extrême bonne volonté, qui s'accroche à me suivre depuis tant d'années) d'une bienveillance extrême ... aussi.
Je crois que c'est un des "secrets" primordiaux, la véritable amitié (l'Amour étant un autre sujet, peut-être un jour l'accession ...), toujours présente qui ne lâchera jamais. :) Gloire à ceux qui prêtent une oreille démesurée à nos petits, comme à nos grands malheurs.
Pouvoir s'éclater dans son métier, avec un juste retour aussi. Mais ça, je n'y ai plus accès depuis un moment.

Mais le quotidien, c'est faire face à des montagnes, les gravir contre vents et marées et que c'est épuisant .....
Maman qui élève seule ses enfants, aux besoins particuliers, je les ai voulu et j'assume mais qu'est-ce qu'ils me peuvent me bouffer comme énergie, tout comme les instances administratives, médicales, scolaires et tutti quanti ... qui prennent un malin plaisir à ne pas comprendre des choses ultra simples et à les emberlificoter (pourquoi faire simple, quand on peut faire compliqué ... ?), font rarement preuve d'humilité.
L'enfer c'est les autres, ou non ...

En ce qui concerne les sensations de soif, faim et sommeil, je pense que je vais installer des alarmes sur mon téléphone parce que mon cerveau, bien trop occupé à autre chose, ne perçoit plus très bien les signaux vitaux.
Donc, comme résolutions pour cette nouvelle année et les petites soeurs qui lui succèderont, je vais travailler à trouver des sources d'apaisement et à tenter de relativiser autant que faire ce peut, histoire de trouver de la quiétude dans ce monde de brutes.
Bien évidemment, je vous souhaite la même ... ;)
Friedensreich
Messages : 87
Enregistré le : 28 nov. 2018, 00:57

Re: Fatigue

Messagepar Friedensreich » 02 févr. 2019, 23:36

Je passe par là pour mettre le lien de Kristelle, histoire de pouvoir se référer à ce sujet si quelqu'un qui vient lire s'intéresse, car c'est en lien... :)
Paralysie par le vide : https://gappesm.net/phpBB3/viewtopic.php?f=11&t=2880

Corine, j'espère que tes bonnes résolutions sont en bon chemin... :)
En effet, pouvoir se (re)poser est important... ^^