Discussion(s) entre amis

Nos bons moments et autres sujets plus légers
hysope
Messages : 26
Enregistré le : 22 juil. 2014, 14:16

Re: Discussion(s) entre amis

Messagepar hysope » 05 août 2014, 19:38

:fleur: c'est vrai que la science c'est chouette !
:duel:
hysope
Messages : 26
Enregistré le : 22 juil. 2014, 14:16

Re: Discussion(s) entre amis

Messagepar hysope » 05 août 2014, 21:40

:clap:
Je sais bien que ça ne passionne pas les masses . :fou:
licorne
Messages : 732
Enregistré le : 07 févr. 2014, 16:46

Re: Discussion(s) entre amis

Messagepar licorne » 06 août 2014, 01:32

Je ne suis pas une masse et ça me passionne. Ça marche? ;)
« J’essaie toujours de trouver la note simple qui peut tout dire »
(Charles Lloyd, saxophoniste américain)
hysope
Messages : 26
Enregistré le : 22 juil. 2014, 14:16

Re: Discussion(s) entre amis

Messagepar hysope » 08 août 2014, 13:49

:-bd
Bien sur que ça marche ! quoique depuis cette histoire d'ADN j'ai le vélo qui :scrogneugneu:
Bref j'ai trouvé sur un site "ami" un moyen de "sérénité".
Je décolle le papier peint de rez de chaussé :)

:foryou: et pour mie :fleur: qui sommes preneurs de ce forum.
licorne
Messages : 732
Enregistré le : 07 févr. 2014, 16:46

Re: Discussion(s) entre amis

Messagepar licorne » 09 août 2014, 17:21

hysope a écrit : :-bd
Bien sur que ça marche ! quoique depuis cette histoire d'ADN j'ai le vélo qui :scrogneugneu:

Le vélo, c'est excellent pour l'équilibre et les jambes! :))

hysope a écrit :Bref j'ai trouvé sur un site "ami" un moyen de "sérénité".


"Un site "ami" ... "sérénité", tu piques ma curiosité, c'est pas un club privé? :novert:

Je décolle le papier peint de rez de chaussé :)

C'est aussi une excellente activité. Note que pour l'étage il faudrait se hausser sur la pointe des pieds. :goup:

:foryou: et pour mie :fleur: qui sommes preneurs de ce forum.
Autant de ma part,
licorne
« J’essaie toujours de trouver la note simple qui peut tout dire »
(Charles Lloyd, saxophoniste américain)
bazinga
Messages : 35
Enregistré le : 05 août 2014, 17:22

Re: Sicilien. Quoi?

Messagepar bazinga » 09 août 2014, 18:53

licorne a écrit :On l'ignore généralement. Le sicilien a été une langue écrite et de culture avant l'italien. Influencée par les troubadours et les poètes arabes, naissance de l'Ecole sicilienne sous Frédéric ii au milieu du xiii° s. (Notamment Cielo d'Alcamo : "Rosa fresca aulentissima"). L'italien était en fait le toscan qui s'est inspiré entre autres de l'Ecole sicilienne pour son Dolce Stil Novo. Guido Guinizelli fut leur tout premier inspirateur avec sa chanson "Al Cor gentile ripara sempre Amore". Ensuite Dante a donné une forme presque définitive à l'italien.

Les influences multiples du sicilien se sentent dans la langue [surtout arabes, catalanes et françaises (les Vêpres siciliennes, remember ?)], dans l'horrible accent sicilien à nul autre pareil et surtout dans la gestuelle (les Italiens gesticulent ;) , les Siciliens ont une gestuelle spécifique :-? ).
J’ai maudit la Sicile et l’Italie, mais je suis fier de mes racines.

Palermo, c'est la capitale de la Sicile. Sa province est la plus étendue et va jusqu'au milieu de l'île. C'est de là que vient ma famille, le trou du cul du monde, un gros bourg qui vivait surtout des mines de soufre jusqu'à à ce que la concurrence américaine les fasse fermer. La surpopulation et la misère aidant (!) la plupart ont émigré (beaucoup en Belgique, pour passer du jaune soufre au noir charbon, mais aussi en France, en Allemagne, aux Etats-Unis et même en Afrique du Sud). Il en reste très peu sur place. J'y retourne rarement.
licorne


Sicile? As-tu lu le Guépard de Lampedusa?
Bazinga!
licorne
Messages : 732
Enregistré le : 07 févr. 2014, 16:46

Re: Discussion(s) entre amis

Messagepar licorne » 09 août 2014, 21:27

bazinga a écrit :Sicile? As-tu lu le Guépard de Lampedusa?


Je veux, c'est moi qui l'ai écrit! (Enfin, c'est tout comme). :-l

Signé,
Giuseppe Tomasi, Principe di Salina

P.S. Et toi, as-tu vu le film? Le garde-chasse qui peste et jette son béret par terre, c'est moi. :scrogneugneu:
« J’essaie toujours de trouver la note simple qui peut tout dire »
(Charles Lloyd, saxophoniste américain)
bazinga
Messages : 35
Enregistré le : 05 août 2014, 17:22

Re: Discussion(s) entre amis

Messagepar bazinga » 10 août 2014, 06:53

Tu ne fais pas ton âge dans ce cas :papy: Je n'ai pas du tout aimé le film, il ne me semble pas avoir eu la patience de le regarder jusqu'au bout. Ainsi j'ai coupablement omis ou escamoter l'épisode du béret. Autre conséquence de la condition de sureff : en général regarder un film jusqu'au bout m'est impossible. Je le regarde en plusieurs fois. A moins de trouver le film vraiment génial, le cinéma est pénible (on est obligés de rester assis pendant plusieurs heures, tu te rends compte ? :fouet:)
Bazinga!
licorne
Messages : 732
Enregistré le : 07 févr. 2014, 16:46

Re: Discussion(s) entre amis

Messagepar licorne » 10 août 2014, 11:17

Pour les mêmes raisons, Il y a des siècles que je n'ai plus mis les pieds dans un cinoche! :mdr:

Et oui, je ne fais pas mon âge :papy: je prends ça pour un compliment :fleur:

J'avoue, c'est pas moi qui ai écrit le livre et le béret, c'était Serge Reggiani. :ymblushing:
licorne

P.S. Tant qu'on est dans les aveux, mon matos est presque aussi âgé que moi. Tes "tubes", je vois la image mais je n'ai pas le son et finalement, comme pour le ciné, ça ne me manque pas. :guitare:
« J’essaie toujours de trouver la note simple qui peut tout dire »
(Charles Lloyd, saxophoniste américain)
licorne
Messages : 732
Enregistré le : 07 févr. 2014, 16:46

Re: Penser en trois langues?

Messagepar licorne » 12 août 2014, 00:04

Suite à une remarque de bazinga,
Note au passage : j'ai tendance à parler franglais car mon cerveau pense dans deux langues et je ne trouve pas toujours les équivalences exactes en français (mais je donne toujours une traduction, approximative :D)
j'ai répondu spontanément :
si ça peut te rassurer, je pense dans TROIS langues, mais pas les mêmes que toi, excepté le français.

C'est un peu prétentieux, je vais donc devoir m'expliquer. Je ne suis pas linguiste, ni prof de langues, je parle uniquement à partir de mon expérience personnelle.
D'abord, j'ai constaté que je n'ai commencé à parler couramment une langue qui n'est pas ma langue maternelle, le français, que lorsque j'ai "pensé" dans cette langue (après deux années de séjour en Belgique et la lecture de beaucoup de livres en français outre les rapports quotidiens avec les gens).
Mes deux autres langues sont le sicilien et l'italien. Là, c'est un peu plus compliqué. Mes parents sont Siciliens et au départ ne parlaient que le sicilien de leur village, auquel s'est ajoutée une fine couche d'italien pendant leurs études primaires, trois ans pour mon père et deux pour ma mère (ils avaient appris à lire et à écrire, ils passaient pour instruits).
Par les hasards de la vie des familles "modestes", nous avons vécu dix ans à Rome (c'est là que je suis né). Mon père aurait pu faire la joie d'une étude de linguistique. Une véritable éponge. Il a mélangé allégrement son sicilien, sa fine couche d'italien et le "romanesco" (le parler populaire de Rome). Au point que quand nous sommes "redescendus" à Palerme, ses camarades de chantier l'appelaient "u Romanu" (le Romain). J'anticipe, en Belgique, il a ajouté à la soupe du français très estropié et même quelques mots de wallon.
A la maison, nos parents nous obligeaient à parler italien. Comme beaucoup de parents "modestes" ils ne voulaient pas qu'on parle comme des "villani" (vilains, dans le sens ancien de paysans). Des deux, c'était ma mère qui le connaissait le moins mal. Entre eux, ils mélangeaient mais dans les "discussions", c'était le sicilien qui remontait à la surface. Résultat, je n'ai vraiment commencé à parler sicilien que vers 14-15 ans, parce que avec les camarades de classe c'était une sorte de réaction vis-à-vis de l'italien scolaire. Je l'avais bien sûr déjà "dans l'oreille", à cette époque il était beaucoup plus pratiqué qu'aujourd'hui. Ainsi, comme dans toute "colonie", j'ai pratiqué un bilinguisme de fait. L'italien (la langue de "l'occupant") à la maison, à l'école (et dans les livres, j'en ai dévoré ... beaucoup). Le sicilien par une sorte "de bain linguistique" dans lequel j'étais immergé (dans la rue, les copains de jeu, dans les magasins).

Aujourd'hui, je pense, donc je parle, en français la plupart du temps. Cependant, en Belgique, il y a beaucoup d'Italiens avec qui converser. La bonne surprise, il y a des descendants de deuxième, troisième génération qui essayent de retrouver leurs racines et reviennent à la langue de leurs ancêtres. J'en fréquente trois avec grand plaisir (réciproque, il me prennent pour modèle!). Il se fait que parmi les Italiens, les Siciliens sont les plus nombreux, ce qui me permet d'entretenir la langue. Parfois aussi au téléphone, avec d'anciens camarades de classe. Quand je parlais sicilien in situ j'étais plutôt sobre. Maintenant, par je ne sais quel phénomène de surcompensation, l'horrible accent sicilien chez moi devient épouvantable.
Paradoxalement, quand je parle italien ou sicilien, je pense italien ou sicilien mais c'est parfois "contaminé" par le français. Inversement, quand je parle français et que je ne trouve pas un mot ou une expression, c'est l'équivalent italien ou sicilien qui ressurgit.

Ainsi donc, je "pense" dans trois langues mais je n'y ai aucun mérite. L'italien et le sicilien j'y suis né. Le français par nécessité (au départ, maintenant, c'est par amour) lorsque je suis parti travailler en Belgique.
licorne
« J’essaie toujours de trouver la note simple qui peut tout dire »
(Charles Lloyd, saxophoniste américain)